Endurance équestre : les nominés des R-ewards 2022

Endurance équestre : les nominés des R-ewards 2022

La phase 1 des votes clôturée, voici les demi-finalistes par catégories ! La liste initiale était fixée à cinq, mais certaines catégories ne compteront que quatre demi-finaliste compte tenu de l’écart des votes et d’autres six lorsque les votes sont très serrés, le tout pour garder une pertinence des résultats.

ℝ-𝔼𝕎𝔸ℝ𝔻𝕊 2022

ℂ𝔸𝕋𝔼𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 ℂ𝔸𝕍𝔸𝕃𝕀𝔼ℝ.𝔼 𝕀ℕ𝕋𝔼ℝℕ𝔸𝕋𝕀𝕆ℕ𝔸𝕃.𝔼

  • Virginie Atger : 32ᵉ FEI Open Riders World Ranking / 8 épreuves CEI classées en 2022 / 6 top 10 en CEI2* et CEI3* en 2022 / 1 victoire sur CEI3* 1 victoire sur CEI2*
  • Clémentine Chaud : 🥈FEI Open Riders World Ranking / 🥈 France Master Pro 160km 2022 /🥉 TOP7 endurance 2022 / 15 épreuves CEI classées en 2022 / 9 top 10 en CEI2* et CEI3* en 2022 / 2 x🥈sur CEI3*
  • Camille Coulomb : 23ᵉ FEI Open Riders World Ranking / 8 épreuves CEI classées en 2022 en France et 4 épreuves classées en CEN 100km et DIEC 119km aux EAU / 5 top 5 en CEI2* et CEI3* / 1 victoire CEI2* et 1 victoire CEI3*
  • Julia Montagne : 🥇FEI Open Riders World Ranking / 🥇 CH-France Master Pro 160km 2022 / 22 épreuves CEI classées en 2022 / 12 top 5 en CEI2* et CEI3* / 2 victoires sur CEI3* 2 victoires sur CEI2*
  • Mélody Theolissat : 14ᵉ FEI Open Riders World Ranking / 10ᵉ CH-M-YH 8YO 120km 2022 / 16 épreuves CEI classées en 2022 / 7 top 5 en CEI2* et CEI3* / 1 victoire sur CEI2*

ℂ𝔸𝕋𝔼𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 ℂ𝔸𝕍𝔸𝕃𝕀𝔼ℝ.𝔼 ℕ𝔸𝕋𝕀𝕆ℕ𝔸𝕃.𝔼

  • Sandrine Blot : 🥇 160km Fontainebleau / Top10 120kmVaylats / 4 classements sur CEI1* et CEN2-3* en 2022
  • Christophe Bogrand : 🥇 160km Florac / 🥇128km Argentan / 1 victoire sur 100km
  • Clémentine Droussant : 🥇Fance Amateur 1GP 100km / 🥇140km Saint-Barthelemy du Vals / 🥇Ama 1GP 100km Durance
  • Emmanuelle Kerboul Philibert : 🥇120km Vaylats / 🥈 120km Monpazier / 3 victoires sur 100km

ℂ𝔸𝕋𝔼𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 𝕁𝔼𝕌ℕ𝔼 ℂ𝔸𝕍𝔸𝕃𝕀𝔼ℝ.𝔼

  • Charlotte Chazel : 🥈 équipe + 8ème CH-EU-YJ 120km VIC
  • Carla Mosti : 14 classements en CEI et CEIYJ en 2022 dont 10 top 10 / 🥇 CEIYJ2* Jullianges / 🥈 CEIYJ2* Compiègne / 🥉 CEIYJ2* Fontainebleau mars 2022
  • Lola Poncet : 5 classements sur CEI et CEIYJ en 2022 / 🥇CEIYJ2* Uzès / 5ème CEIYJ2* Monpazier 2022
  • Pablo Tomas Arnaud : 🥇 CH-Fr 120km jeunes 2022 / 🥇 CEIYJ2* Fontainebleau octobre 2022 / 🥇 CEIYJ2* Fontainebleau mars 2022
  • Léa Vandekerckhove : 🥇 CEIYJ2* St Barthelemy du Vals / 🥇CEI3* Fontainebleau mars 2022/ 🥈 CEIYJ2* Fontainebleau octobre 2022 / 🥉 CEIYJ2* monpazier 2022 / 7 classements en CEI et CEIYJ en 2022

ℂ𝔸𝕋𝔼𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 ℂ𝕆𝕌ℙ𝕃𝔼

pour la catégorie couple, la sélection était basé certes sur les résultats en couple de l’année, mais également de précédentes performances, valorisant le couple sur le long terme.

  • Léa Vandekerckhove x Guemra du Lauraguais (Sisko x Nedjma de Caux) : 🥈CH-F-jeunes cavaliers 120km Fontainebleau / 🥇 CEI3* de Fontainebleau / 🥇 Equipe CH-W-YJ Ermelo 2021 / 🥇 CEIYJ2* La Taillade 2021 / 🥈 CEIYJ2* Castelsagrat 2021
  • Julia Montagne x Amin B (Teyszir x Aida B) : 🥇 CH-F Master Pro 160km Fontainebleau 2022 / 7° CEI3* Compiègne 2022 / 4° CEI3* Sines 2021 / 2° CEI3* jullianges 2021
  • Clémentine Chaud x Winaruz El Djin ( Djin Lotois x Ain el Kom) : 🥈 CH-F Master Pro 160km Fontainebleau 2022 / 9° CEI2* Castelsagrat 2022 / 🥈 CH-F Master Pro 160km Monpazier 2020 / 🥇 CEI3* 2*90km Montcuq 2019
  • Justin Mouroux x Dragueuz D Pacouli (Aria d’Alauze x Vive les Pacoulis) : 🥇 CEI3* Florac 2022 / 🥇 CEI3* 2*90km Santa Sussana 2021 / 🥉 CEI2* Loubejac 2021

Mentions honorables :

  • Anaïs Noailles x Djelina d’Altus
  • Virginie Atger x Raya de Jalima

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 ℂℍ𝔼𝕍𝔸𝕃 𝔻𝔼 𝕃’𝔸ℕℕÉ𝔼

  • Guemra du Lauraguais (Sisko x Nedjma de Caux) : 🥈CH-F-jeunes cavaliers 120km Fontainebleau / 🥇 CEI3* de Fontainebleau / sélection équipe de France jeunes cavaliers 2022
  • Raya de Jalima ( Baltik des Ors x Pieszczocha ) : 4° CH-F master Pro 160km Fontainebleau 2022 / 🥇 CEN3* Castelsagrat
  • Dragueuz D Pacouli (Aria d’Alauze x Vive les Pacoulis) : 🥇 CEI3* Florac 2022
  • Doha d’Artagnan ( Saddepers x L’Etincelle d’Or) : 🥈 CEI3* Sines / 🥈 CEI3* 140km Jullianges / 9° CEI2* Al Fursan Cup

Mentions honorables :

LG Farasia de Shebab ( Oslo de Chenes x Ainhoa Akscylle) : 🥇 CEI3* Monpazier / 🥇 CEI3* Italian Championship
Sharon de Suleiman (Ceres de Lafon x Sandy du Cayrou) : 🥇 CEI3* Arezzo / 5° CEI2* Compiègne

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 𝔼𝕊ℙ𝕆𝕀ℝ

  • Filahé d’Espé ( Gerik de Rendpeine x Esperance Mouthes) : 6° CEIYH2* Fontainebleau / 🥉 TOP7 endurance 2022 / 11° CEIYH1* Monpazier
  • Kenya Mouthes (Darike x Khaloua el Derkouch) : 5° CEIYH2* Fontainebleau / 4° TOP7 endurance 2022 / 8° CEIYH1* Monpazier / 🥉CEIYH1* Fontainebleau
  • Gianni d’Armani (Cashmir hipolyte x Leila al Cassiere) : 🥇 Elite – CH-F Jeunes Chevaux de 6 ans Uzès / 🥈 90km Finale 6 ans (50 bpm en 2’52)
  • Faiza d’Aurabelle (Peps d’aurabelle x Jalousie d’Aurabelle) : 🥈 CEIYH2* + TOP7 Fontainebleau / 15° CEIYH1* Monpazier / 9° CEIYH1* Castelsagrat
  • Lola de Jalima (Baltik des Ors x Saliah de Jalima) : 🥇 CH-W-YH 120km Vic (ESP) / 🥇 CEI2* Summer Spirit Race (BHR) / 🥇 CEI2* Compiègne

Mentions honorables:
Epsilon de Bessaillon (Kiakaha x Allias du Pesquier) : 10° CEI3* Sines / 🥈 CEI3* Jullianges / 🥈 CEI2* Loubejac
Feroe Voinik (Igor de Palat x Bint Kerbela Al Coyan) : 🥇 CEI2* Vaylats / 🥇 CEI2* Jullianges / 🥇 CEI1* St.-Barthelemy de Vals

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 ℂℍ𝔼𝕍𝔸𝕃 +𝟙𝟝

Dans cette catégorie, étaient nommés les chevaux de 15 ans et plus ayant couru sur des épreuves de 120 à 160 km cette année au minimum.

  • Pot Made : 15ans, (Fadasir x Maidore du Bournias) 6ème CEI3* Compiègne / 2 classements sur CEI3* en 2022
  • Taj Mahal : 15ans, (Oumzil Tobiha*HN x Malysse du Drap d’or) 🥈 CH-Fr Master 120km Fontainebleau 2022/ 4ème CEI2* Fontainebleau (20.4km/h de moyenne)
  • Wloska Fontanel : 18ans, (Piruet x Foreva) 4ème Ama Elite 120km Monpazier (17.7km/h de moyenne)
  • Kalon Milin Avel : 16ans, (Haliknoa x Moghars White Lily) / 🥉CEI3* Plougonven (18.8km/h de moyenne) / 2 top 10 CEI1* en 2022
  • Dream Dancer Te : 17ans, (Chip chase Sadaqa X Sharahd Sakura)
  • Sliman el Ramaadi : 16ans, ( ULM de Domenjoi x Kabiira) 🥇 CH-Fr Master 120km Fontainebleau 2022 / 🥉 CEI2* Fontainebleau (20.4km/h de moyenne) / 🥉 CEI3*Compiègne

Mentions honorables :
Tcheckov, 15ans ( Edin x Coqfelia de Cordes) 🥈CEI2* Sait Barthelemy de Vals / 🥇 CH-Fr Ama 1 80km Jullianges
Tiznit d’Olt, 15ans (Takado x Etelia de Cesar) : 🥈CEI3* 140km Companhia das Lezirias / 🥉CEI1* Badajoz

Découvrez bientôt un article complet sur les ainé.e.s aux carrières longues de l’endurance ! Pour celles et ceux qui ont raté mes stories, n’hésitez pas à envoyer les palmarès et photos des chevaux qui ont parcouru 120 à 160 km entre 2021 et 2022.

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 É𝕃𝔼𝕍𝔸𝔾𝔼

  • Élevage d’Artgagnan

Situé à Artagnan, 20 km au nord de Tarbes, l’élevage de pur-sang arabes et d’anglo-arabes destinés aux courses d’endurance et de plat de Jean-Michel Grimal propose déjà deux étalons performeurs sur la scène internationale : Gigolo de Venelles ( Elite 5ans Uzès 2021) et Calcium Artagnan ( Elite à Uzès finale des 5 et 6ans). Calcium se classe deux fois sur CEI*** 160 kilomètres dont une 9ème place à Fontainebleau en octobre 2021. Ses produits s’illustrent déjà sur les conocurs d’élevage et la fianle jeunes chevaux de Uzès.

En savoir plus : https://www.facebook.com/JMGrimal

  • Élevage du Lauraguais

Créé en 1995, l’élevage du Lauragais est avant tout une histoire de Famille. Ils s’appellent Guillaume Vandekerckhove, Valérie Vielmas , Paul et Léa et partagent une même passion commune : le cheval.

Au commencement, Guillaume est cavalier amateur de randonnée puis d’endurance. Il se lance dans l’élevage et la reproduction de chevaux d’endurance et au fil des années, il va transmettre sa passion à sa femme Valérie puis à ses enfants Paul et Léa. Ensemble, ils décident de réhabiliter une ancienne ferme du lieu-dit « Le Trastet », sur la commune de Saint Papoul, pour en faire un domaine consacré à l’élevage et à la pratique de l’endurance.

L’ecurie se consacre à l’achat et la formation de jeunes chevaux, ainsi ils débutent avec des chevaux comme Mediatik Larzac, Champion du Monde des 8 ans en 2008  Nefertiti Larzac, Vice-Championne du Monde des 8 ans en 2009, Santa du Sauveterre équipe Italie Championnat d’Europe et JEM Sartilly,  Targuia Larzac double gagnante Fontainebleau 2015 et 2016 entre autre.

en savoir plus : https://www.elevage-lauragais.com/

  • Élevage de Bozouls

Son fondateur : Marcel Mezy, 80 ans, chercheur autodidacte tombé un jour amoureux des pur-sang arabes. Dans son Nord Aveyron natal, il a passé une partie de sa vie à mettre au point un procédé de fertilisation (Les Technologies Marcel Mezy) qui est aujourd’hui utilisé par plus de milliers d’agriculteurs en France et à l’étranger. Mais quand il n’est pas à Lioujas, à la Sobac, la maison mère, il est sur le Causse au milieu de ses six cents pur-sang arabes auxquels il voue un amour sans limites. Marcel Mezy ne se lasse pas de voir émerger de la brume ses troupeaux de juments entourées de leurs poulains. Des chevaux en liberté élevés dans un univers bio qui représentent un patrimoine unique. C’est ici, au milieu des genévriers, que se font des mariages et des lignées que peu d’éleveurs réussissent à faire.

En savoir plus : http://www.elevage-bozouls.com/fr/

  • Élevage de Jalima

Le Haras de Jalima et ses cinquante-six hectares s’étendent au pied des montagnes de Barjaude. Son fondateur, Jean-Claude Guillaume, monégasque, amateur passionné de pur sang arabes, a développé un élevage qu’il a peu à peu orienté vers l’endurance avec succès. Denombreux produits maison, comme Antall de Jalima et Milah de Jalima, ont brillé en équipe de France. En 2013 aux championnats d’Europe de Most, la France comptait deux Jalima, Milah avec Virginie Atger et Azelle avec Mélody Theolissat, médaille de bronze à la clé. En Normandie en 2014, Laiza de Jalima donne l’argent individuel aux Pays-Bas sous la selle de Marjike Visser. en 2021 Lola de Jalima remporte le circuit Top7 sous la selle de Pauline Theolissat. En 2022 elle est gagnante du Mondial des huit ans sous la selle de HH SH Nasser bin Hamad al Khalifa, après une victoire à Compiègne en début d’année avec Mélody Theolissat.

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 𝕆ℝ𝔾𝔸ℕ𝕀𝕊𝔸𝕋𝕀𝕆ℕ

  • Monpazier
  • Florac
  • Montcuq
  • Fontainebleau
  • Castelsagrat
  • Uzès

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 ℝ𝔼ℂ𝕆ℝ𝔻

La catégorie Records est encore ouverte aux nominations.

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 Éℚ𝕌𝕀ℙ𝔼

  • Tomas Team
  • Endurance Vilaltella
  • Blue Ride
  • ANB
  • JPF

ℂ𝔸𝕋É𝔾𝕆ℝ𝕀𝔼 𝔸ℂ𝕋ℝ𝕀ℂ𝔼𝕊-𝔸ℂ𝕋𝔼𝕌ℝ𝕊

  • Hervé Guesdon
  • Eric Trescazes
  • Roadbook Endurance
  • Claudine Mathieu
  • Maria Masmaron
  • Anne Donzelli

Mentios honorables : Jean-Jacques Donzelli, Danielle Fell, Dr vétérinaire Guilherme Ferreira Santos, Dr vétérinaire Gregory Ghyoros, Jean-Michel Grimal

VOTES CLOS POUR LA DEMI-FINALE

La remise des trophées R-ewards

Il est encore temps de participer à la remsie des prix : https://fr.tipeee.com/roadbook-endurance-le-blog

Merci à Hervé Guesdon, Guilaume Vandekerkhove, Emmanuelle Fernandez, Margaux Angelvin, Chloé Agnel, Céline, Anne , Sarah, Julia Montagne, Eloïse Lacques, les anonymes, pour leur participation.

Les rencontres FFE de l’endurance équestre à Lamotte-Beuvron 1 et 2 décembre 2022

Les rencontres FFE de l’endurance équestre à Lamotte-Beuvron 1 et 2 décembre 2022

Jeudi 1 et vendredi 2 décembre, se sont déroulées les rencontres de l’endurance 2022. Initiées en 2007 par Gérard Nicolas, réorganisées en 2019 par la FFE, ces deux journées avaient pour but de rassembler les différents acteurs de l’endurance autour des problématiques de développement de la discipline et de discuter des évolutions réglementaires. Avec la crise sanitaire, ces journées n’ont pas pu être reconduites en 2020 et 2021. Pour cette deuxième édition donc, plus de quatre-vingt personnes ont fait le déplacement, avec une part importante d’organisateurs de concours, des juges et vétérinaires, éleveurs ainsi que des cavaliers et cavalières à la fois professionnels et amateurs. L’événement, organisé conjointement au raid de Santa Susanna en Espagne, a rassemblé moins de cavaliers professionnels par rapport à l’édition 2019 où ils étaient fortement représentés.

Sous format de plénière lors de la première édition, cette fois-ci, la commission endurance de la FFE encadrée par Michel Faucon, son président et Martin Denisot, conseiller technique national, a choisi de mener ces rencontres autour de tables rondes, plus conviviales et pratiques, pour recueillir les échanges. Avec la présence de Jean-Michel Grimal, sélectionneur de l’équipe de France, Michel Payan, président de la commission vétérinaire, Tiphaine Vermeulen, représentante du Comité fédéral pour l’endurance et de nombreux intervenants.

Les objectifs du séminaire :

– prendre en compte les évolutions de notre environnement pour faire évoluer et perdurer la discipline

– Pérenniser les compétitions en explorant de nouvelles pistes

– Définir ensemble une position française et la proposer à l’EEF (european equestrian federation) et la FEI.

– Garder à l’esprit : un règlement simple pour une application simple

– apporter des solutions, pas des problèmes

1/ Etat des lieux de l’équitation et place de l’endurance en France.

« Post covid » la fédération française d’équitation dresse le bilan de ses activités : le nombre de licenciés et de concours toutes disciplines n’est pas encore remonté aux chiffres d’avant crise comme le nombre d’engagés sur les épreuves. En endurance, de nombreux sites de concours n’ont pas reconduit leurs organisations avec les difficultés financières engendrées sur les deux ans et les démarches administratives de plus en plus lourdes pour des organisations bénévoles.

Avec 2049 épreuves organisées en 2022, l’endurance équestre est la 6ème discipline en nombre d’épreuves à la FFE, derrière les trois disciplines olympiques, le Hunter et les Pony-Games. L’endurance est 5ème en nombre de cavaliers. La discipline peut s’appuyer sur 3601 licenciés club pour fonder un socle de compétiteurs, 1661 cavaliers disposant d’une licence amateur et concourant sur des épreuves nationales et à vitesse libre et 1171 licences pro sur les épreuves internationales. Pourtant, au regard de cette pyramide, l’offre de concours semble déséquilibrée puisque 733 épreuves club ont eu lieu en 2022 contre 737 épreuves amateurs et 579 épreuves préparatoires et internationales. Cela s’explique d’une part par le type d’épreuves en vitesses imposées qui sont les mêmes selon les divisions (60km = Club Elite = Amateur 2 = Préparatoire 2) et la possibilité d’offrir cette multitude d’épreuves le même jour sur un même site.

Le constat généralisé autour des tables rondes est « la noyade » des compétitions de division club dans les autres divisions qui défavorise l’accueil des débutants de la discipline. Les chiffres du nombre d’engagements sur les épreuves démontrent qu’après la qualification en Club 1 ou Club Elite (46-60km) de nombreux cavaliers de division club arrêtent l’endurance par manque de challenge à la hauteur de leurs possibilités. « Beaucoup de cavaliers de cette division n’ont pas la possibilité, avec leur cheval ou celui de leur club d’aller au-delà de ces distances et ne souhaitent pas ou ne peuvent pas investir dans un cheval qui peut faire 80km ou plus. Pour ceux qui le font, cela revient à orienter le marché toujours vers le cheval arabe, mais à léser les autres. Hors, un circuit club est fait pour des chevaux polyvalents, de toutes races et les passionnés doivent pouvoir rester sur ce circuit et y trouver du challenge. » – synthèse des différents commentaires remontés par les intervenants.

Les solutions envisagées : Initi Endurance et les épreuves à vitesse régulées (partie 3)

Endurance CRE haut de France / Gerard Bedeau

2/ Les débats d’actualité : l’écologie et le bien-être animal au centre des préoccupations.

Ecologie

Comment réduire l’impact environnemental de la discipline ? C’est le sujet le plus brûlant et le premier abordé de la journée du jeudi. Premièrement, les idées qui ressortent sont les véhicules et la consommation d’eau. Joelle Colosio, de l’ADEME intervient sur les chiffres relevés sur une épreuve d’endurance comme Monpazier (4 jours de compétition en 2022).

4 jours, 350 chevaux = 250m3 d’eau. En comparaison, une personne utilise 30 à 50m3 d’eau par an et en agriculture, l’irrigation d’une heure d’un champ de maïs en cinq passage utilise 2000m3 d’eau en une saison. Un constat sans jugement, mais qui appelle à trouver des solutions face à la problématique du réchauffement climatique et de raréfaction de l’eau.

En tables rondes, des idées ont été proposées, les grandes tendances ressorties :

Gestion de l’eau et véhicules

  • Des fast line et écopes au lieu des seaux, limiter l’eau et les assistants au grooming (2+1 à l’extérieur pour la selle)
  • Pas d’eau potable ou minérale.
  • Réduction des points d’assistance (privilégier les points organisation), optimiser les parcours pour éviter les trajets en voiture.
  • Circulation des véhicules à sens unique sur le site du concours et sur les points, maitrise des flux. « Principe de la marche en avant »

Gestion des déchets

  • Installation de poubelles de tri + couverts non plastiques et gobelets écoresponsables (attention, la production de ces gobelets et leur nettoyage peut s’avérer coûteux en énergie et pas si écologiques que cela), recourt à la restauration sur assiette plutôt que type buvette et utilisation de contenant réutilisables.
  • Recourt à des dossards réutilisables contre-caution (pour l’utilisation des porte-dossards).
  • Proposer le Roadbook à la demande ou sur réservation, pour l’impression (ne pas rendre l’impression systématique), faire une fiche avec les points GPS, QR Code du Roadboook
  • Recourt au balisage biodégradable ou réutilisable/ permanent.

Que faire des déchets de boxe ? La paille peut-elle être réutilisée chez les agriculteurs locaux ? L’ajout d’un bac de récupération des eaux non utilisées est-il envisageable ?

Bien-être animal

Depuis 2019, des améliorations sont constatées dans l’ensemble du circuit équitation (structures et compétitions) en termes de bien-être animal. L’intervenante fait le point sur les différents documents et certifications mis à disposition par la FFE.

Juridique : Il doit y avoir un référent bien-être animal à nominer dans une structure équestre (ce, élevage) + une attestation de connaissance pour les détenteurs de chevaux.

« Prenez en compte que ces outils sont mis en œuvre pour l’ensemble des pratiquants de l’équitation ou des détenteurs de chevaux. Vous trouverez surement la première question « le cheval est-il un herbivore » absurde, malheureusement on constate que la réponse n’est pas évidente pour tout le monde. Vous, dans cette salle et dans l’endurance en général, avez une bonne maitrise de la santé du cheval, mais nous faisons encore beaucoup de préventions ailleurs. »

Le diplôme capacité de détention du cheval est délivré par la ffe, non obligatoire, mais un bonus de connaissance.

Au niveau de l’environnement médiatique et scientifique, la notion de bien-être animal entre de plus en plus dans les mœurs. En 2002 : 171 articles scientifiques traitaient du Bien-être être contre 870 en 2022.

Savoir différencier bientraitance et bien-être. La notion de bientraitance est déterminée par les 3F (en anglais) : Forage / Freedom / Friends. Ces trois notions sont le minimum à convenir pour bien traiter l’animal. Le bien-être, c’est la perception subjective de ces ressources par le cheval. Par exemple, certains chevaux vivent bien avec un compagnon, mais mal en troupeau et inversement. La qualité du fourrage est à l’appréciation du cheval en fonction de ses besoins du moment, de l’utilisation qu’on en fait ou de son environnement.

Les réactions sur le bien-être animal (cf : le pentathlon équestre) sont directement corrélées à la médiatisation des sports équestre. Les gens ont besoin d’entendre « j’ai ressenti ça sur mon cheval » et pas « mon cheval est massé tous les jours » ou « ben, je m’en occupe donc ils vont bien » pour apprécier à la fois la notion de bientraitance et de bien-être. Pour cela, les cavaliers d’endurance ont un très bon discours, car ils abordent tout le temps la notion de ressenti lorsqu’ils parlent de leur cheval.

La notion de lest est également soulevée, car les différentes études sur la physiologie du cheval et le poids ne s’accordent pas toutes, le sujet des cavaliers lestés ou non lestés en endurance fait débat. L’assemblée s’accorde cependant sur la responsabilité de chacun à conduire un cheval à haut niveau selon ses capacités et sa force, que ce soit avec un cavalier lourd ou un cavalier lesté. Toutefois, le sujet reste ouvert puisque les animalistes dénoncent de plus en plus les abus sur le poids et nous devons rester vigilant. Cependant, la corrélation entre poids léger et augmentation des vitesses tend à faire pencher la balance du côté des règles de lest minimum.

Pour médiatiser positivement la discipline, nous devons mieux communiquer nos valeurs de respect de la bientraitance, du suivi vétérinaire lors des épreuves, de la connaissance de nos chevaux et de leur physiologie.

Les propositions faites en table ronde autour du bien-être animal :

  • Augmenter la distance sur les boucles pour réduire la vitesse et ne pas autoriser les boucles de moins de vingt kilomètres en fin d’épreuve à vitesse libre. Grégoire Tilquin commente à ce sujet « en Afrique du sud et en Australie, il existe des épreuves de 80 kilomètres en deux boucles de quarante kilomètres.
  • Augmenter le niveau d’accès aux épreuves d’endurance, passer de galop 2 à galop 4 pour garantir un minimum de tenue à cheval et de gestion de celui-ci.
  • Rendre le prix de la meilleure condition obligatoire, à l’issue de l’épreuve et l’adapter à différentes divisions (prix de la meilleure présentation pour les VI ?)
  • Promouvoir des guides de l’entrainement du cheval d’endurance
  • Un guide de communication pour les organisateurs afin de répondre au besoin de médiatisation positive.

Gestion de la vitesse

Nous ne sommes pas assez strictes sur l’accès à la vitesse ou sur les sanctions.

Avec des vitesses augmentant avec l’amélioration de l’entrainement, de la génétique, mais aussi le facteur compétiteur humain, il est nécessaire de protéger et former afin d’éviter les accidents. Selon les graphiques, la vitesse moyenne augmente, mais le cavalier le plus rapide était parfois seul il y a dix ans, alors qu’aujourd’hui les cavaliers à courir à cette vitesse sont plus nombreux.

L’ensemble des tables préconise la diversification des formations, des stages d’endurance afin d’une part d’amener plus de pratiquants dans la discipline, d’autres part de former à la gestion de la vitesse, du groupe pour les niveaux nationaux. La mise en place de ces stages permet, parallèlement au public visé, de donner de nouveaux débouchés aux cavaliers et entraineurs professionnels.

Les idées abordées dans les tables rondes :

  • Les formations et stages
  • La récompense d’un « contrat d’objectif » indépendamment du classement
  • Des départs en SAS, comme en triathlon, selon la vitesse moyenne visée et l’objectif de qualification sur la distance, pour éviter l’aspiration dans un groupe trop rapide pour le couple cavalier/cheval.

3/ Elargir l’offre d’épreuves d’endurance, pour dynamiser le circuit club et amateur

En 2019, la question de dynamiser la division amateur (qui doit changer de nom sous peu) s’est posée pour pousser les pratiquants non professionnels de la discipline à d’une part : rester sur les compétitions nationales, et d’autre part : rester sur le circuit.

La présentation d’Henriette d’Ursel (diplômée d’un MSC sport et industrie à l’EM lyon et d’un master communication, digital et événementiel à l’ESG) et précédemment chargé de projet chez EEM) visait à la création d’un circuit national doté, sous forme de challenge avec 3 épreuves phares et une finale ou un classement final.

En 2022, le championnat des amateurs a vu le jour à Jullianges avec 3 épreuves : 60,80km et 100km en individuel et les trophées des régions. Une première édition réussie, octroyant il y a un titre par niveau (3) et un seul titre par équipe (remporté par l’Occitanie pour cette année). Contrairement aux As, il n’a pas de titre équipe sur chaque niveau. Le format est reconduit pour 2023.

Initi’Endurance

Tiffaine Vermeulen, membre du comité fédéral pour la discipline de l’endurance, aborde le circuit Initi’Endurance lancé en 2021. Elle en a organisé dans l’enceinte de son club ; Ce sont des épreuves avec peu de contraintes techniques puisqu’elles se déroulent dans l’enceinte d’un club et sans intervention d’un vétérinaire à partir du moment où un moniteur encadre la pratique. Le montant des engagements est préconisé à 20€.

Afin de développer cette épreuve, des cavaliers d’endurance formés, pourraient se rendre dans les clubs afin de proposer de monter le concours et de faire un stage ou une formation. Le plus pour des moniteurs de club : proposer la découverte d’une nouvelle discipline d’extérieur, apprendre aux cavaliers à analyser la santé du cheval.

Les Vitesses régulées

Francis Ordoqui et Alain Babulle ont présenté le projet des VR. « Aujourd’hui, il n’y a pas assez de challenge avant la 80VL » déclare l’organisateur d’Urrugne en introduction. Ces épreuves ouvertes aux licences amateurs permettraient d’ajouter du challenge aux compétiteurs sans augmenter les kilomètres puisqu’elles se dérouleraient sur des épreuves de 40km (amateur 3VR) et 60km (amateur 2VR).

Une épreuve plus attractive avec une entrée au vet à chaque arrivée afin d’apprendre : la gestion du grooming, le respect du cheval dans la vitesse pour passer le plus rapidement possible, un meilleur visuel du classement pour les participants et les spectateurs, un temps de vet moins long : 40 à 50 minutes.

Endurance CRE Haut de France

Le principe : une vitesse limitée sur la piste à 16km/h (ou moins à l’appréciation de l’organisateur et du président de jury en fonction des conditions météo et du terrain). Le dépassement de la vitesse sur une boucle serait éliminatoire, contrairement aux vitesses imposées qui permettent d’aller au-delà de la vitesse moyenne maximum sur une étape et plus lentement sur l’autre. Le chronomètre prendra en compte le temps sur piste + le temps d’entrée au vet.

Une proposition a été faite de passer l’épreuve amateur 1VL de 80km en amateur 1VR, ceci après une phase de test des épreuves à vitesse régulées, mais aussi avec le recul du nombre d’engagés sur les épreuves 80VL en 2023.

Pour rendre les épreuves attractives et y garder les cavaliers, la notion de dépassement de soi et de finir c’est gagner sont nécessairement à remettre au centre des valeurs de l’endurance, mais aussi « il faut mettre dans la tête des gens qu’une course de vingt kilomètres c’est un semi-marathon et une 40 c’en est un. Une épreuve à vitesse régulée permettrait d’amener un challenge sportif un peu plus lisible avec un départ groupé (jusqu’à 10 partants) ».

Les risques relevés : un encombrement de l’aire d’entrée au vet, le besoin d’un chronométrage et logiciel de gestion des résultats à la charge de l’organisateur.

4/ Le cahier des charges de l’organisateur et aides

Grégoire Tilquin, organisateur de Nègrepelisse, cavalier, éleveur et entraineur, propose la mise en place d’un livre blanc ou guide de l’organisateur afin d’harmoniser la mise en place des concours d’endurance à différents niveaux. Que ce soit sur la gestion logistique et ergonomique d’un site de concours ou la communication, le protocole de remise des prix et la mise en place d’une gestion écologique. Afin d’aider plus de passionnés à monter un concours, professionnaliser les événements et faire gagner du temps en démarches administrative avec par exemple des dossiers types sur la demande d’autorisation préfectorale, de subvention etc.

Isabelle Defossey, service ressources juridiques de la FFE, intervient sur les demandes d’autorisation et de circulation sur la voie publique. Elle rappelle que 4 régimes d’occupation de la voie existent pour les manifestations sportives, que l’organisateur est en droit de négocier, et doit bien connaitre afin d’appliquer : Stricte respect du code de la route / priorité de passage / Usage exclusif temporaire de la chaussée / usage privatif de la chausée.

5/ La validation des règlements

Le deuxième jour des rencontres fut surtout l’occasion de vérifier les propositions règlementaires faites en septembre par la commission endurance, la validation ou la discussion de celles-ci pour le circuit fédéral ainsi que la proposition de modifications ou ajouts de règles à proposer à la FEI.

Pour la FEI

Par exemple, l’allègement des conditions de périssabilité du statut Elite FEI. Au lieu de devoir valider une CEI3* dans les vingt-quatre mois, il s’agirait de valider n’importe quelle épreuve de niveau international dans ce laps de temps afin de conserver le statut, ce qui évite d’ajouter des kilomètres aux chevaux et ne pénalise pas les athlètes féminines en retour à la compétition après une grossesse.

Proposition pour qu’une seule CEI1* suffise pour aller en CEI2* et pas de qualification en couple sauf pour aller sur les championnats (qualification en couple sur CE1I* valable pour aller en CEI3*).

Demande de l’ordre des vétérinaires sur la possibilité de mesurer la fréquence cardiaque par les juges fédéraux : afin de désencombrer les entrées au vet, un juge fédéral, sous responsabilité du vétérinaire, pourra effectuer la première prise de cardiaque à l’aide d’un cardiofréquencemètre homologué et sous validation préalables de compétences requises, avant le contrôle complet du vétérinaire. Ainsi, moins d’attente dans l’air de grooming et un suivi plus proche de la récupération effective des chevaux (sans compter sur l’attente).

Pour le règlement FFE :

  • retour au box possible pendant le temps neutralisé lorsque la météo est mauvaise ou en hiver.
  • intégrer des épreuves spéciales sur plusieurs jours (5*60 / 3*80km) et créer une épreuve de 80km sur deux boucles.
  • Encourager le fair-play dans le règlement par une neutralisation du temps du concurrent qui porte secours et sanction pour la non-assistance à personne en danger (après clarification de la notion).
  • Harmoniser les règles rhinopneumonie entre FFE et FEI.
  • Définir un dossard entraineur pour les assistants suivants plusieurs chevaux
  • appliquer la demande de l’ordre des vétérinaires en compétition nationale.
  • Permettre à un vétérinaire traitant d’intégrer la commission vétérinaire lorsqu’il n’y a pas de cheval en traitement.
Endurance équestre : les nominés des R-ewards 2022

R-ewards 2022 : nouvelle édition des trophées de l’endurance équestre

Vous avez été plus de 3 000 à suivre la première édition des R-ewards, les trophée de l’endurance équestre l’année dernière. Cette année, on met les bouchées doubles ! De nouvelles catégories, un nouveau système de vote et une remise des prix. Suivez le guide.

Dix nominés vont être inscrits par mes soins lors de la phase 1 des votes, cinq seront retenus pour la phase demi-finale. La finale opposera deux nommés. début de la phase des votes : 5 décembre (après Barcelone)

Catégorie Cheval

On divise la catégorie cheval de l’année en trois ! Biwaka, tenant du titre, remet son trophée en jeu.

Cheval espoir 6-8 ans : les champions des six ans, des huit ans, les jeunes recrues qui ont marqué l’année 2022

Cheval de l’année : les 8-14 ans du haut niveau

Cheval de l’année + 15 ans : ils sont nombreux à concourir encore à haut niveau, et il me semblait important de récompenser la longévité de carrière de ces grands athlètes !

Élevage de l’année

Catégorie cavalier.e

Philippe Tomas, Emmanuelle Kerboul Philibert et Léa Vandekerckhove ont eu vos voix l’an dernier, quels seront vos choix cette année pour les catégories :

Cavalier.e CEI

Cavalier.e CEN

Jeunes cavaliers

Catégorie acteur.ice

Acteur, actrice, juge, staff de l’endurance : Vous avez élu à l’unanimité Hervé l’an passé, le trophée changera-t-il de main ?

Organisation : Monpazier et Castelsagrat se sont affrontés en finale et c’est l’équipe de l’adoreed qui l’a emporté. Ces deux organisations hébergeront des championnats internationaux en 2023 et 2024 d’ailleurs !

Contributeur.ice Roadbook Endurance : la catégorie où il n’y a pas de vote, juste des élus 🙂

Catégorie mixe

Couple de l’année : cheval et cavalier, ils vous ont éblouis cette année à deux

Record : nombre de kilomètres parcourus, nombre de courses rentrées, classement au grand chelem, nombre de victoires, nombre d’épreuves d’une organisation, nombre d’engagés etc… à vous de soumettre vos idées lors de la première phase des votes. Organisateurs, nous comptons sur vous pour publier vos statistiques 😀

Équipe : la team qui vous a fait vibrer ! Les blue ride remettent leur trophée en jeu, à qui ira l’étoile ?

La remise des trophées des R-ewards

L’année dernière au lancement, j’ai fait faire des plaques. Cette année, j’aimerais pouvoir offrir des trophées et une remise des prix plus importante ! Pour cela, j’ouvre la cagnotte Tipee, à laquelle vous pouvez déjà contribuer, à votre hauteur et envie pour participer au financement de l’événement. Car les R-ewards, en plus de plaques, ce sont des heures de préparation, de montage, de logistique que je gère bénévolement, un coup de pouce me permettra de faire mieux !