Préparer sa course : la check-list essentielle !

Préparer sa course : la check-list essentielle !

Une veille de concours, c’est une veille de concours et le cavalier d’endurance n’échappe pas à la règle de la préparation des mallettes de pansage, du tétris de chargement du van, de la liste des essentiels. Mais ce qui le différencie bien souvent du cavalier d’autres disciplines, c’est le nombre de rechanges qu’il est obligé de prendre pour son cheval comme pour lui.
« Plus la distance augmente plus il y a de tapis » proverbe de groom.
Quelle que soit votre épreuve du weekend il y a la fameuse check-list à vérifier. Je vous propose de suivre avec moi les étapes de préparation !


Avant de commencer le chargement, soyons certain de l’état du rangement. Personnellement je sépare les affaires du quotidien des affaires de courses. Ainsi pour courir je suis certaine d’avoir un matériel très peu usé et propre, gage de sécurité pour de longues distances. J’utilise des tapis épais pour courir, pas pour entraîner donc de même ils ne sont pas rangés ensemble. Quelque part cela me donne une visibilité d’ensemble de ce que je prends et ce que je laisse.

1.Vérifier l’équipement du cheval.

En général on utilise un filet « classique » au quotidien et on ne sort le filet en biothane que pour la compétition. Du coup ce dernier passe un certain temps au placard, sous les couvertures ou pendu dans la sellerie. Ce que je fais en général c’est le poser sur ma jument la veille de course lorsque je vais pour la sortir. Ainsi je le défroisse (oui ça se plie des fois 😂), je réajuste le mors ( au début j’avais un mors triple brisure que je passais de mon filet en cuir à celui en biothane, puis j’en ai acheté un second pour ne plus faire de changements, mais sur de grosses courses j’utilise parfois un mors différent selon l’humeur de la jument).
Je graisse la selle et je choisis la sangle, les tapis et les protections que je garde pour les courses. De même que pour le filet, j’ai un jeu de protections et une sangle exclusivement réservés aux compétitions. Je mets le tout sur un tréteau, c’est la dernière chose que je charge.

2. Ma boite de pansage

Minimaliste : deux brosses, un cure-pied et une brosse à démêler les crins. En général je fais les soins et les ajustements de crinière de la jument la veille pour qu’elle soit propre au matin. J’y ajoute la ferrure de rechange, de la biafine (en cas de blessure du passage de sangle), un gant de toilette, un stéthoscope et le cardiofréquence-mètre.

3. grooming

2 sauts de 60l et des petits sauts de 20l. 2 à 3 écopes et 2 éponges. Le tout doublé si on court en nationale. 1 tréteau.

4. assistance

1 à 2 caisses de bouteilles d’eaux selon la saison de course et la distance encore une fois. 1 seau pour faire boire le cheval et deux à trois bidons d’eaux ( à la fois pour faire boire et pour prévoir si on a pas le temps de recharger les bouteilles).

5. après-vet

C’est là que le avis divergent. Foin/luzerne, grains/pas grains, fibres/briques. Je pars avec trois sauts fermés de grains différents et je note le nom de l’aliment au feutre sur un scotch épais que je colle sur le couvercle pour ne pas me tromper. Je prends deux filets, un de foin, un de sainfoin ou de luzerne selon ce que j’ai, la saison ou la course. Jusqu’à 80 km en général je ne prends que du foin.

6. La malle sacrée !

Dans une malle, je charge les bandes de repos, les flanelles et l’argile. Je mets mes jeux de couverture selon la météo prévue : nid d’abeille, séchante, éponge, polaire, pluie. Je charge par-dessus mes protections, mon filets, ma sangle, mon casque et mes tapis de course.
Je charge la selle dans la voiture qui est fermée à clé et je mets un cadenas à la sellerie du van. Pour finir, je sors les protections de transport et le licol de course (là aussi tout beau tout propre pour les contrôles vétérinaires) que je place en évidence pour le lendemain matin.
Il ne reste qu’à charger mon destrier ! Tout en oubliant pas de mettre ses papiers dans la boite à gants 😉

La wishlist de Noël

La wishlist de Noël

Hello la team endurance, ça y est le salon de Paris est terminé alors que vous ayez trouvé votre bonheur ou hésitiez encore, je dresse ici la wishlist de Noël avec les bons plans du net, les nouveautés et tout ce dont vous pourriez avoir envie ou besoin sous le sapin. En avant, c’est Noël on sort les grands sacs !

1. Equipement cavalier pour l’hiver

Le ton est donné : il pleut, il fait froid et on a besoin de chaud !

Franchement, après les dernières compétitions pluvieuses auxquelles j’ai assisté ou participé, je suis toujours super contente d’avoir les chaussettes de compression et de confort Fixity de Westisland outdoor. Le renfort en silicone au niveau du mollet m’a évité de blesser lors des 80km de port-Saint-Louis où l’eau et la boue s’infiltraient partout. A travers mes bottes, les chaussettes sont restées bien en place et m’ont tenu chaud. Même pas besoin de changer !

chaussettes fixity
crédit : Andréa Gérard

Pour des chaussettes de compression, vous pouvez en retrouver aussi chez Gaston Mercier, les intemporelles ou Horsepilot qui a sorti une gamme été et hiver.

Question pantalon c’est toujours le grand débat, on ne veut pas de coutures car ça blesse, et là l’arrière de mon genou parle pour moi… Plusieurs marques ont adapté des produits du jogging et sports de salle à l’équitation (puisque l’équitation n’est pas un spot on peut bien porter un pantalon de yoga non ?). Par exemple, la marque Shockabsorber spécialisée dans le running (ah on parle de courir là, on se rapproche !) a développé une gamme de pantalons de sport dédiés à l’équitation ainsi que des sous-vêtements conçus pour les femmes actives. De quoi tenir 60 à 160km sans avoir mal à la poitrine là aussi !

En leggings, à Equita j’en ai trouvé quelques uns chez Tosoni Selleria, de marques et prix différents. A vous de faire votre choix ! (vidéo)

Pour l’hiver, je penche traditionnel, le bon vieux pantalon en coton mais sans les scratch en bas de pieds, pleeeaaase ! Donc en fouillant j’en ai trouvé sur Cheval-Shop : les pantalons Horse&Go, les moins chers ou le modèle LUNA de Time rider un peu plus haut de gamme.

Question sous-vêtements techniques spécialisés, on a une toute nouvelle entreprise qui a fait ses débuts à Paris ! Après un lancement à Equita, Hästko vous présente ses sous-vêtements pensés par des cavaliers pour des cavaliers. Je suis obligée de vous en parler car je les ai moi-même testés ! Avec le panty super confortable et pratiquement sans coutures, je n’ai absolument pas eu de gêne lors de mes 80km sous la pluie alors que d’habitude ça finit toujours par irriter voire brûler avec le frottement du pantalon détrempé. De plus, la marque a mis au point un pad spécial à insérer dans le panty pour protéger les ischions et amortir. Un vrai plus au niveau du confort et en plus c’est discret et souple je l’ai complètement oublié une fois à cheval (enfin même avant).

Du côté des vêtements et vestes.

Chez Equi-bride, en ce moment tu peux encore profiter de la promo du salon et refaire ton stock de pantalons HG, le must du confort mais un peu léger pour l’hiver, voire profiter des 50% de remise sur les vestes animo. Personnellement c’est plus la veste Softshell d’Equiline qui me tente.

Chez Horsepilot, il y a la doudoune Fahrenheit qui nous donnes envie de craquer ! Bon son prix un peu moins car elle est quand même à 375€ (et alors c’est Noël Michelle !)

Plus abordables chez Flags&Cup ou encore HV Polo, pas mal de modèles de doudounes légères ou bien chaudes selon votre taux d’humidité (mouahaha). A Lyon, nous avions craqué pour un modèle jaune moutarde ou bleu électrique Flags&Cup – Valtola ou Vastila chez Horse planet.

Questions chaussures, c’est la chasse à la bottine fourrée ou à la botte imperméable héhé. J’ai trouvé mon bonheur je pense avec les bottes HKM chez Equi-bride. Elles sont fourrées et hautes (attention pas imperméables) pour le sud ca devrait suffire 🙂

 

2. Les cadeaux de Noël

Alors là, tu ne peux pas manquer ça ! Le pack Noël de chez Racer Gloves composé d’une paire de gants obstination : les gants spécialement conçus pour l’endurance et une paire de gants récréation (les gants pour masser et chouchouter loulou entre deux boucles). Pourquoi Obstination est la paire qu’il te faut pour l’hiver, ils sont ultra résistants, avec un grip et un renfort en paume, avec un petit plus : un tissu éponge sur le pouce pour essuyer l’humidité. Lorsqu’Andy m’a demandé : vous mettez des gants en endurance ? Qu’est-ce que vous recherchez ? Et que j’ai répondu « alors des imperméables ce serait bien et aussi ultra respirant » sauf que l’un ne peut pas aller avec l’autre alors il a choisi l’ultra respirant, confortable, résistant donc tu peux les mouiller sans crainte.

Question sécurité, vous retrouverez les spécialistes des Airbags à savoir les fabricants Hélite, Hit-Air, In-Motion et leurs marques partenaires du secteur équestre. Je vous laisse faire un tour chez Oscar&Gabrielle, Askara, HorsePilot.

Je vous remets le lien de l’article sur les airbags qui donne les normes à suivre : http://roadbookendurance.com/1-et-pourquoi-pas-la-jouer-securite-les-airbags/

Pour plus léger, Askara vous propose le gilet Armor à 209€ contre 500 en moyenne pour les air-bags (en-dessous de ce prix, franchement, méfiez-vous du brevet, je sais c’est cher mais c’est pareil dans le milieu de la moto, ce sont des produits de haute technicité).

Toujours dans la sécurité, Képhyre, la jeune entreprise créatrice de l’objet connecté Kavale qui permet de détecter une chute et alerter un proche, géo localiser le cavalier et suivre le cheval en cas de fuite. Vraiment c’est un outils pratique et rassurant quand on est seul en course d’endurance. Je ne m’en passe plus !

En plus, en ce moment sur le site il y a un pack noël ! De quoi avoir plusieurs cadeaux sous le sapin 😀

crédit : Andréa Gérard

3. Pour le cheval

Question équipement du cheval, mis à part nos filets en biothane colorés nous pouvons trouver à peu près tout partout : couvertures, tapis, filets et selles, pas de grandes nouveautés suite aux deux salons.

D’ailleurs en parlant de selle, petite innovation repérée chez Macel Sellier lors d’Equita, les selles équipées de Led ! Pour les premières boucles de nuit ou la balade d’entrainement du soir, à voir dans la vidéo.

Côté selle on peut également découvrir la selle en liège imperméable et complètement éco-responsable de chez Gt Concept. La deuxième génération de selles en liège voit le jour de la collaboration entre la maison Devoucoux et GT Concept pour apporter aux modèles de la maison basque, l’innovation conçue par la jeune entreprise du bassin bordelais.

Alors côté filets en biothane, on peut retrouver la marque française SP France chez Equibride avec tous ces modèles innovants et surtout le petit dernier le bridon Castel avec têtière large pour plus de confort.

La sellerie Equicordage propose en plus de ses licols éthologiques de toutes les couleurs, des bridons biothane personnalisables (en vidéo).

 

Voilà pour ma liste au père Noël j’espère que cela vous donne des idées ! N’hésitez pas à me dire en commentaires ce que vous avez repéré et ce que vous voudriez voir sous le sapin 😀

https://www.youtube.com/watch?v=4O_3jvXWDgQ
#INFO : La photographie en compétition

#INFO : La photographie en compétition

Bonjour tout le monde, cet article risque d’être un peu houleux 😀 mais rassurez-vous c’est pour le bien de la communauté, ce sont des conseils et de l’information.

J’écris ceci aujourd’hui suite aux récentes compétitions de cette saison où l’endurance a fait un certain bon médiatique : articles de presse, photos, reportages télé. Comme vous avez pu le voir, les photographes (professionnels et amateurs) sont de plus en plus nombreux à venir sur les pistes de courses d’endurance immortaliser nos galops.

Vous souhaitez que cela continue ? Vous voulez de beaux souvenirs en évitant de vous faire taper sur les doigts ? Alors il y a quelques règles à respecter que beaucoup ignorent, c’est pourquoi je fais un point info : D : le droit de la propriété intellectuelle.

by Alexander Dummer

1/ Droit de la propriété intellectuelle

 « La propriété intellectuelle recouvre à la fois la propriété industrielle et la propriété littéraire et artistique. Outil de lutte contre la contrefaçon ou le plagiat, la propriété intellectuelle permet à l’auteur d’une création de protéger son œuvre et de lui octroyer les avantages issus de son œuvre. En effet, qu’il s’agisse d’une innovation, d’une image, d’une création esthétique, d’un nom ou d’un logo, votre création peut-être protégée de toute tentative de réappropriation. »

« La propriété littéraire et artistique s’applique aux œuvres littéraires et artistiques (romans, théâtre, films, musiques, dessins, peintures, photos, sculptures, œuvres d’architecture…). Elle a la particularité de se créer sans formalités quelconques, du simple fait de la création de l’œuvre. Les droits dits voisins concernent notamment les artistes interprètes et les communications audiovisuelles. »

En bref et sans jolis mots : toute création appartient à son auteur qui doit être crédité, mentionné même si un contrat est signé (acte de vente de la photo) pour son utilisation. Toute utilisation des photos ou d’autres œuvres artistiques et littéraires sans mention de l’auteur : c’est du vol.

Je sais, vous ne l’avez pas fait exprès, cette capture d’écran ou cet enregistrement de la photo sur facebook, après tout, le photographe l’a lui-même publiée 🤭 alors faisons un point sur les bonnes pratiques et les choses à éviter

2 / Les photos partagées sur Facebook

Premièrement, sachez qu’en prenant votre licence compétition et en vous engageant sur un concours vous cédez votre droit à l’image à l’organisateur et à la fédération pour la presse et la promotion de l’événement. Si vous souhaitez qu’une photo soit retirée car elle vous dévalorise, vous porte atteinte, rien de plus simple que d’écrire au photographe ou à l’organisateur ( le diffuseur dans tous les cas) pour que les photos vous concernant soient retirées de publications. Pas juste celle où vous êtes super moche, que votre cheval est moche mais celle ou vous vous trouvez ou lui dans une situation, position qui dévalorise par exemple.

Ensuite, les photographes, eux aussi ont des droits concernant leur travail. Ils sont nombreux à faire le partage de leurs photos sur les réseaux sociaux, avec filigrane et signatures dans le seul but de se faire connaitre et de vous permettre de trouver votre photo parmi les 360 que peuvent contenir un album. En général les photographes mettent les mentions de partage et d’utilisation sur le post, veillez à respecter cela.

Par exemple il est souvent écrit : partage autorisé, copie interdite. Cela signifie que vous pouvez vous identifier sur la photo et la partager sur votre mur mais pas l’enregistrer pour la repartager. En fait, Facebook réduit au maximum la qualité des photos, donc l’enregistrer pour la recharger a bien souvent un impact visuel et vous risquez de froisser le photographe qui n’aimera pas qu’une photo apparaisse floue, retravaillée au niveau des teintes et luminosité par votre filtre instagram. C’est un préjudice pour son travail.

Les bonnes pratiques :

  • On ne coupe pas la signature ou le filigrane de la photo
  • On ne fait pas de screen capture (en plus c’est moche)
  • On partage la photo sur son mur en créditant l’auteur. (Attention pour l’utilisation à but commercial, se référer plus bas).
Partage des photos du concours, auteur crédité, mentions affichées

3/ Utilisation des photos pour le cadre privé

Que vous soyez professionnel (éleveur, cavalier) ou amateur en compétition, tous vos posts de résultats servent à la promotion de votre performance, celle de votre cheval, du matériel, de l’élevage, bref : c’est de la pub !

Les bonnes pratiques :

  • Si pas de désir d’achat de la photo : partager la photo en créditant l’auteur comme indiqué dans les mentions.
  • Si vous voulez garder la photo en réserve pour vous, les réseaux sociaux ou grand-mère qui est votre premier fan : on achète la photo, cela donne le droit à l’utilisation privée, on crédite quand même le photographe sur la publication si sa signature n’est pas sur cette dernière et même si elle l’est.En plus vous lavez en qualité poster ! 😀
  • Toute utilisation de la photo sans mention du photographe ou sans son accord : c’est du VOL.
  • Les photos de concours par l’organisateur, de type Uzès/SHF cette année. Il ne semble pas y avoir mention du nom du photographe, cela signifie que la propriété des photos est à la shf et qu’elles sont libres de droit. Sous réserve, vous pouvez les partager sans mention mais attention à ne pas couper la signature dans le coin.
Pour tous partages de la photo sur les réseaux, je crédite photo-sourire

4 / Utilisation de la photo pour le cadre promotionnel et commercial

Je reviens sur le post qui permet de promouvoir la performance : Que vous soyez professionnel (éleveur, cavalier, entreprise du secteur équin) ou amateur en compétition, tous vos posts de résultats (pour ceux dont c’est le métier) ou d’annonce de vente de chevaux ou de matériel neuf ou d’occasion (pour tous) ont un caractère commercial !

Les bonnes pratiques :

  • On achète la photo (sauf accord passé avec le photographe) ou on utilise ses propres photos, celle de ses potes, de ses fans, de grand-mère (ouai je sais pas terrible) pour tous posts de vente ou de promotion.
  • Par pitié : on ne poste pas une annonce avec une photo en filigrane, sérieux c’est moche ça ne valorise en rien votre annonce. C’est du VOL.

Oui car si demain quelqu’un s’amuse à utiliser vos compétences et votre domaine d’activité pour se valoriser lui ou faire de la vente, cela ne va pas vous plaire. Pareil pour eux, ce n’est pas très sympa surtout que…

L’utilisation non autorisé est passible d’une amende = Facture de l’utilisation de la photo + supplément pour préjudice moral. Du coup mieux vaut être prudent de votre côté.

Mentions de partage et de licence

5 / Dernier point : conseils et autres astuces

✅ Le prix normal d’une bonne photo au format numérique est de 25 à 30€, donc vous êtes vraiment gagnants car la plupart des photographes en endurance pratiquent un prix à 10€ et pourtant ils passent la journée debout ☀🌧 pour capter chaque cavalier. Photographe est un métier avec les cotisations, les formations, matériel … 10e c’est vraiment le minimum.

✅ Les photos publiées sur les pages des organisateurs sans crédit sur photo mais avec le logo du concours peuvent signifier que le photographe et l’organisateur ont un partenariat ou que celui-ci est rémunéré (genre Pise ou Euston) : dans ce cas-là vous pouvez bien souvent partager les photos en l’état depuis les pages FB, vérifiez le droit pour le partage commercial et créditez l’auteur. Dès lors qu’une signature du photographe apparaît dessus, l’image n’est pas libre de droit.

✅ L’utilisation d’une photo sur un site web ou un flyer est soumise aux mêmes droits, pour exemple pour les brochures ( extrait des barèmes upp) et attention l’utilisation non réglementée coûte chère ! Faudra expliquer à petit tonnerre pourquoi les carottes sont rationnées.

✅ La capture d’écran ou l’envoi par messenger ou facebook dénature votre photo, elle est pixellisée et réduite. Privilégiez whatsapp ou les échanges par mail pour recueillir vos photos et partager la meilleure qualité : une bonne photo c’est 20% d’interactions en plus garanties.

✅ Sur instagram : utilisez l’application reposta pour partager la photo du photographe, encore une fois, la capture d’écran et le retravaille de la photo sont du vol.

✅ Pour Facebook, pensez à identifier vos partenaires et amis sur la photo, cela leur permet de partager à leur tour, surtout pour vos partenaires qui seront également dans le « droit chemin » en partageant 🤪

🔺 Évitez de publier des photos de vos chevaux avec : la tronche carrément à l’envers et tirant sur le mors au départ de boucle, des traces d’éventuelles blessures, les côtes saillantes par un jeu de lumière raté, tous ces détails qu’une mauvaise photographie peut disproportionner et donner l’impression que votre cheval n’est pas bien (déjà que certains pensent qu’un cheval qui repose son pied est en grande souffrance ou que quand il ferme les yeux il est au bord de l’effondrement…) je rajoute cela c’est un conseil pour ne pas avoir de mauvaises surprises venant de novices, de dé-traqueurs des réseaux sociaux, de la voisine vegan ou de cette personne que vous ne connaissez pas mais qui derrière son écran peut gratuitement et facilement vous insulter sans connaitre le contexte et qui de toute façon s’en fiche. 👀

J’espère que cet article vous aidera à mieux comprendre l’utilisation des photos et à vous éviter des soucis. N’hésitez pas à poser vos questions !