Les rencontres FFE de l’endurance équestre à Lamotte-Beuvron 1 et 2 décembre 2022

Les rencontres FFE de l’endurance équestre à Lamotte-Beuvron 1 et 2 décembre 2022

Jeudi 1 et vendredi 2 décembre, se sont déroulées les rencontres de l’endurance 2022. Initiées en 2007 par Gérard Nicolas, réorganisées en 2019 par la FFE, ces deux journées avaient pour but de rassembler les différents acteurs de l’endurance autour des problématiques de développement de la discipline et de discuter des évolutions réglementaires. Avec la crise sanitaire, ces journées n’ont pas pu être reconduites en 2020 et 2021. Pour cette deuxième édition donc, plus de quatre-vingt personnes ont fait le déplacement, avec une part importante d’organisateurs de concours, des juges et vétérinaires, éleveurs ainsi que des cavaliers et cavalières à la fois professionnels et amateurs. L’événement, organisé conjointement au raid de Santa Susanna en Espagne, a rassemblé moins de cavaliers professionnels par rapport à l’édition 2019 où ils étaient fortement représentés.

Sous format de plénière lors de la première édition, cette fois-ci, la commission endurance de la FFE encadrée par Michel Faucon, son président et Martin Denisot, conseiller technique national, a choisi de mener ces rencontres autour de tables rondes, plus conviviales et pratiques, pour recueillir les échanges. Avec la présence de Jean-Michel Grimal, sélectionneur de l’équipe de France, Michel Payan, président de la commission vétérinaire, Tiphaine Vermeulen, représentante du Comité fédéral pour l’endurance et de nombreux intervenants.

Les objectifs du séminaire :

– prendre en compte les évolutions de notre environnement pour faire évoluer et perdurer la discipline

– Pérenniser les compétitions en explorant de nouvelles pistes

– Définir ensemble une position française et la proposer à l’EEF (european equestrian federation) et la FEI.

– Garder à l’esprit : un règlement simple pour une application simple

– apporter des solutions, pas des problèmes

1/ Etat des lieux de l’équitation et place de l’endurance en France.

« Post covid » la fédération française d’équitation dresse le bilan de ses activités : le nombre de licenciés et de concours toutes disciplines n’est pas encore remonté aux chiffres d’avant crise comme le nombre d’engagés sur les épreuves. En endurance, de nombreux sites de concours n’ont pas reconduit leurs organisations avec les difficultés financières engendrées sur les deux ans et les démarches administratives de plus en plus lourdes pour des organisations bénévoles.

Avec 2049 épreuves organisées en 2022, l’endurance équestre est la 6ème discipline en nombre d’épreuves à la FFE, derrière les trois disciplines olympiques, le Hunter et les Pony-Games. L’endurance est 5ème en nombre de cavaliers. La discipline peut s’appuyer sur 3601 licenciés club pour fonder un socle de compétiteurs, 1661 cavaliers disposant d’une licence amateur et concourant sur des épreuves nationales et à vitesse libre et 1171 licences pro sur les épreuves internationales. Pourtant, au regard de cette pyramide, l’offre de concours semble déséquilibrée puisque 733 épreuves club ont eu lieu en 2022 contre 737 épreuves amateurs et 579 épreuves préparatoires et internationales. Cela s’explique d’une part par le type d’épreuves en vitesses imposées qui sont les mêmes selon les divisions (60km = Club Elite = Amateur 2 = Préparatoire 2) et la possibilité d’offrir cette multitude d’épreuves le même jour sur un même site.

Le constat généralisé autour des tables rondes est « la noyade » des compétitions de division club dans les autres divisions qui défavorise l’accueil des débutants de la discipline. Les chiffres du nombre d’engagements sur les épreuves démontrent qu’après la qualification en Club 1 ou Club Elite (46-60km) de nombreux cavaliers de division club arrêtent l’endurance par manque de challenge à la hauteur de leurs possibilités. « Beaucoup de cavaliers de cette division n’ont pas la possibilité, avec leur cheval ou celui de leur club d’aller au-delà de ces distances et ne souhaitent pas ou ne peuvent pas investir dans un cheval qui peut faire 80km ou plus. Pour ceux qui le font, cela revient à orienter le marché toujours vers le cheval arabe, mais à léser les autres. Hors, un circuit club est fait pour des chevaux polyvalents, de toutes races et les passionnés doivent pouvoir rester sur ce circuit et y trouver du challenge. » – synthèse des différents commentaires remontés par les intervenants.

Les solutions envisagées : Initi Endurance et les épreuves à vitesse régulées (partie 3)

Endurance CRE haut de France / Gerard Bedeau

2/ Les débats d’actualité : l’écologie et le bien-être animal au centre des préoccupations.

Ecologie

Comment réduire l’impact environnemental de la discipline ? C’est le sujet le plus brûlant et le premier abordé de la journée du jeudi. Premièrement, les idées qui ressortent sont les véhicules et la consommation d’eau. Joelle Colosio, de l’ADEME intervient sur les chiffres relevés sur une épreuve d’endurance comme Monpazier (4 jours de compétition en 2022).

4 jours, 350 chevaux = 250m3 d’eau. En comparaison, une personne utilise 30 à 50m3 d’eau par an et en agriculture, l’irrigation d’une heure d’un champ de maïs en cinq passage utilise 2000m3 d’eau en une saison. Un constat sans jugement, mais qui appelle à trouver des solutions face à la problématique du réchauffement climatique et de raréfaction de l’eau.

En tables rondes, des idées ont été proposées, les grandes tendances ressorties :

Gestion de l’eau et véhicules

  • Des fast line et écopes au lieu des seaux, limiter l’eau et les assistants au grooming (2+1 à l’extérieur pour la selle)
  • Pas d’eau potable ou minérale.
  • Réduction des points d’assistance (privilégier les points organisation), optimiser les parcours pour éviter les trajets en voiture.
  • Circulation des véhicules à sens unique sur le site du concours et sur les points, maitrise des flux. « Principe de la marche en avant »

Gestion des déchets

  • Installation de poubelles de tri + couverts non plastiques et gobelets écoresponsables (attention, la production de ces gobelets et leur nettoyage peut s’avérer coûteux en énergie et pas si écologiques que cela), recourt à la restauration sur assiette plutôt que type buvette et utilisation de contenant réutilisables.
  • Recourt à des dossards réutilisables contre-caution (pour l’utilisation des porte-dossards).
  • Proposer le Roadbook à la demande ou sur réservation, pour l’impression (ne pas rendre l’impression systématique), faire une fiche avec les points GPS, QR Code du Roadboook
  • Recourt au balisage biodégradable ou réutilisable/ permanent.

Que faire des déchets de boxe ? La paille peut-elle être réutilisée chez les agriculteurs locaux ? L’ajout d’un bac de récupération des eaux non utilisées est-il envisageable ?

Bien-être animal

Depuis 2019, des améliorations sont constatées dans l’ensemble du circuit équitation (structures et compétitions) en termes de bien-être animal. L’intervenante fait le point sur les différents documents et certifications mis à disposition par la FFE.

Juridique : Il doit y avoir un référent bien-être animal à nominer dans une structure équestre (ce, élevage) + une attestation de connaissance pour les détenteurs de chevaux.

« Prenez en compte que ces outils sont mis en œuvre pour l’ensemble des pratiquants de l’équitation ou des détenteurs de chevaux. Vous trouverez surement la première question « le cheval est-il un herbivore » absurde, malheureusement on constate que la réponse n’est pas évidente pour tout le monde. Vous, dans cette salle et dans l’endurance en général, avez une bonne maitrise de la santé du cheval, mais nous faisons encore beaucoup de préventions ailleurs. »

Le diplôme capacité de détention du cheval est délivré par la ffe, non obligatoire, mais un bonus de connaissance.

Au niveau de l’environnement médiatique et scientifique, la notion de bien-être animal entre de plus en plus dans les mœurs. En 2002 : 171 articles scientifiques traitaient du Bien-être être contre 870 en 2022.

Savoir différencier bientraitance et bien-être. La notion de bientraitance est déterminée par les 3F (en anglais) : Forage / Freedom / Friends. Ces trois notions sont le minimum à convenir pour bien traiter l’animal. Le bien-être, c’est la perception subjective de ces ressources par le cheval. Par exemple, certains chevaux vivent bien avec un compagnon, mais mal en troupeau et inversement. La qualité du fourrage est à l’appréciation du cheval en fonction de ses besoins du moment, de l’utilisation qu’on en fait ou de son environnement.

Les réactions sur le bien-être animal (cf : le pentathlon équestre) sont directement corrélées à la médiatisation des sports équestre. Les gens ont besoin d’entendre « j’ai ressenti ça sur mon cheval » et pas « mon cheval est massé tous les jours » ou « ben, je m’en occupe donc ils vont bien » pour apprécier à la fois la notion de bientraitance et de bien-être. Pour cela, les cavaliers d’endurance ont un très bon discours, car ils abordent tout le temps la notion de ressenti lorsqu’ils parlent de leur cheval.

La notion de lest est également soulevée, car les différentes études sur la physiologie du cheval et le poids ne s’accordent pas toutes, le sujet des cavaliers lestés ou non lestés en endurance fait débat. L’assemblée s’accorde cependant sur la responsabilité de chacun à conduire un cheval à haut niveau selon ses capacités et sa force, que ce soit avec un cavalier lourd ou un cavalier lesté. Toutefois, le sujet reste ouvert puisque les animalistes dénoncent de plus en plus les abus sur le poids et nous devons rester vigilant. Cependant, la corrélation entre poids léger et augmentation des vitesses tend à faire pencher la balance du côté des règles de lest minimum.

Pour médiatiser positivement la discipline, nous devons mieux communiquer nos valeurs de respect de la bientraitance, du suivi vétérinaire lors des épreuves, de la connaissance de nos chevaux et de leur physiologie.

Les propositions faites en table ronde autour du bien-être animal :

  • Augmenter la distance sur les boucles pour réduire la vitesse et ne pas autoriser les boucles de moins de vingt kilomètres en fin d’épreuve à vitesse libre. Grégoire Tilquin commente à ce sujet « en Afrique du sud et en Australie, il existe des épreuves de 80 kilomètres en deux boucles de quarante kilomètres.
  • Augmenter le niveau d’accès aux épreuves d’endurance, passer de galop 2 à galop 4 pour garantir un minimum de tenue à cheval et de gestion de celui-ci.
  • Rendre le prix de la meilleure condition obligatoire, à l’issue de l’épreuve et l’adapter à différentes divisions (prix de la meilleure présentation pour les VI ?)
  • Promouvoir des guides de l’entrainement du cheval d’endurance
  • Un guide de communication pour les organisateurs afin de répondre au besoin de médiatisation positive.

Gestion de la vitesse

Nous ne sommes pas assez strictes sur l’accès à la vitesse ou sur les sanctions.

Avec des vitesses augmentant avec l’amélioration de l’entrainement, de la génétique, mais aussi le facteur compétiteur humain, il est nécessaire de protéger et former afin d’éviter les accidents. Selon les graphiques, la vitesse moyenne augmente, mais le cavalier le plus rapide était parfois seul il y a dix ans, alors qu’aujourd’hui les cavaliers à courir à cette vitesse sont plus nombreux.

L’ensemble des tables préconise la diversification des formations, des stages d’endurance afin d’une part d’amener plus de pratiquants dans la discipline, d’autres part de former à la gestion de la vitesse, du groupe pour les niveaux nationaux. La mise en place de ces stages permet, parallèlement au public visé, de donner de nouveaux débouchés aux cavaliers et entraineurs professionnels.

Les idées abordées dans les tables rondes :

  • Les formations et stages
  • La récompense d’un « contrat d’objectif » indépendamment du classement
  • Des départs en SAS, comme en triathlon, selon la vitesse moyenne visée et l’objectif de qualification sur la distance, pour éviter l’aspiration dans un groupe trop rapide pour le couple cavalier/cheval.

3/ Elargir l’offre d’épreuves d’endurance, pour dynamiser le circuit club et amateur

En 2019, la question de dynamiser la division amateur (qui doit changer de nom sous peu) s’est posée pour pousser les pratiquants non professionnels de la discipline à d’une part : rester sur les compétitions nationales, et d’autre part : rester sur le circuit.

La présentation d’Henriette d’Ursel (diplômée d’un MSC sport et industrie à l’EM lyon et d’un master communication, digital et événementiel à l’ESG) et précédemment chargé de projet chez EEM) visait à la création d’un circuit national doté, sous forme de challenge avec 3 épreuves phares et une finale ou un classement final.

En 2022, le championnat des amateurs a vu le jour à Jullianges avec 3 épreuves : 60,80km et 100km en individuel et les trophées des régions. Une première édition réussie, octroyant il y a un titre par niveau (3) et un seul titre par équipe (remporté par l’Occitanie pour cette année). Contrairement aux As, il n’a pas de titre équipe sur chaque niveau. Le format est reconduit pour 2023.

Initi’Endurance

Tiffaine Vermeulen, membre du comité fédéral pour la discipline de l’endurance, aborde le circuit Initi’Endurance lancé en 2021. Elle en a organisé dans l’enceinte de son club ; Ce sont des épreuves avec peu de contraintes techniques puisqu’elles se déroulent dans l’enceinte d’un club et sans intervention d’un vétérinaire à partir du moment où un moniteur encadre la pratique. Le montant des engagements est préconisé à 20€.

Afin de développer cette épreuve, des cavaliers d’endurance formés, pourraient se rendre dans les clubs afin de proposer de monter le concours et de faire un stage ou une formation. Le plus pour des moniteurs de club : proposer la découverte d’une nouvelle discipline d’extérieur, apprendre aux cavaliers à analyser la santé du cheval.

Les Vitesses régulées

Francis Ordoqui et Alain Babulle ont présenté le projet des VR. « Aujourd’hui, il n’y a pas assez de challenge avant la 80VL » déclare l’organisateur d’Urrugne en introduction. Ces épreuves ouvertes aux licences amateurs permettraient d’ajouter du challenge aux compétiteurs sans augmenter les kilomètres puisqu’elles se dérouleraient sur des épreuves de 40km (amateur 3VR) et 60km (amateur 2VR).

Une épreuve plus attractive avec une entrée au vet à chaque arrivée afin d’apprendre : la gestion du grooming, le respect du cheval dans la vitesse pour passer le plus rapidement possible, un meilleur visuel du classement pour les participants et les spectateurs, un temps de vet moins long : 40 à 50 minutes.

Endurance CRE Haut de France

Le principe : une vitesse limitée sur la piste à 16km/h (ou moins à l’appréciation de l’organisateur et du président de jury en fonction des conditions météo et du terrain). Le dépassement de la vitesse sur une boucle serait éliminatoire, contrairement aux vitesses imposées qui permettent d’aller au-delà de la vitesse moyenne maximum sur une étape et plus lentement sur l’autre. Le chronomètre prendra en compte le temps sur piste + le temps d’entrée au vet.

Une proposition a été faite de passer l’épreuve amateur 1VL de 80km en amateur 1VR, ceci après une phase de test des épreuves à vitesse régulées, mais aussi avec le recul du nombre d’engagés sur les épreuves 80VL en 2023.

Pour rendre les épreuves attractives et y garder les cavaliers, la notion de dépassement de soi et de finir c’est gagner sont nécessairement à remettre au centre des valeurs de l’endurance, mais aussi « il faut mettre dans la tête des gens qu’une course de vingt kilomètres c’est un semi-marathon et une 40 c’en est un. Une épreuve à vitesse régulée permettrait d’amener un challenge sportif un peu plus lisible avec un départ groupé (jusqu’à 10 partants) ».

Les risques relevés : un encombrement de l’aire d’entrée au vet, le besoin d’un chronométrage et logiciel de gestion des résultats à la charge de l’organisateur.

4/ Le cahier des charges de l’organisateur et aides

Grégoire Tilquin, organisateur de Nègrepelisse, cavalier, éleveur et entraineur, propose la mise en place d’un livre blanc ou guide de l’organisateur afin d’harmoniser la mise en place des concours d’endurance à différents niveaux. Que ce soit sur la gestion logistique et ergonomique d’un site de concours ou la communication, le protocole de remise des prix et la mise en place d’une gestion écologique. Afin d’aider plus de passionnés à monter un concours, professionnaliser les événements et faire gagner du temps en démarches administrative avec par exemple des dossiers types sur la demande d’autorisation préfectorale, de subvention etc.

Isabelle Defossey, service ressources juridiques de la FFE, intervient sur les demandes d’autorisation et de circulation sur la voie publique. Elle rappelle que 4 régimes d’occupation de la voie existent pour les manifestations sportives, que l’organisateur est en droit de négocier, et doit bien connaitre afin d’appliquer : Stricte respect du code de la route / priorité de passage / Usage exclusif temporaire de la chaussée / usage privatif de la chausée.

5/ La validation des règlements

Le deuxième jour des rencontres fut surtout l’occasion de vérifier les propositions règlementaires faites en septembre par la commission endurance, la validation ou la discussion de celles-ci pour le circuit fédéral ainsi que la proposition de modifications ou ajouts de règles à proposer à la FEI.

Pour la FEI

Par exemple, l’allègement des conditions de périssabilité du statut Elite FEI. Au lieu de devoir valider une CEI3* dans les vingt-quatre mois, il s’agirait de valider n’importe quelle épreuve de niveau international dans ce laps de temps afin de conserver le statut, ce qui évite d’ajouter des kilomètres aux chevaux et ne pénalise pas les athlètes féminines en retour à la compétition après une grossesse.

Proposition pour qu’une seule CEI1* suffise pour aller en CEI2* et pas de qualification en couple sauf pour aller sur les championnats (qualification en couple sur CE1I* valable pour aller en CEI3*).

Demande de l’ordre des vétérinaires sur la possibilité de mesurer la fréquence cardiaque par les juges fédéraux : afin de désencombrer les entrées au vet, un juge fédéral, sous responsabilité du vétérinaire, pourra effectuer la première prise de cardiaque à l’aide d’un cardiofréquencemètre homologué et sous validation préalables de compétences requises, avant le contrôle complet du vétérinaire. Ainsi, moins d’attente dans l’air de grooming et un suivi plus proche de la récupération effective des chevaux (sans compter sur l’attente).

Pour le règlement FFE :

  • retour au box possible pendant le temps neutralisé lorsque la météo est mauvaise ou en hiver.
  • intégrer des épreuves spéciales sur plusieurs jours (5*60 / 3*80km) et créer une épreuve de 80km sur deux boucles.
  • Encourager le fair-play dans le règlement par une neutralisation du temps du concurrent qui porte secours et sanction pour la non-assistance à personne en danger (après clarification de la notion).
  • Harmoniser les règles rhinopneumonie entre FFE et FEI.
  • Définir un dossard entraineur pour les assistants suivants plusieurs chevaux
  • appliquer la demande de l’ordre des vétérinaires en compétition nationale.
  • Permettre à un vétérinaire traitant d’intégrer la commission vétérinaire lorsqu’il n’y a pas de cheval en traitement.
#4 La News : nouveau règlement et menace sur Vérone

#4 La News : nouveau règlement et menace sur Vérone

Nouvelle news ! Votre rendez-vous, des actus du mois, de résultats sportifs. un petit condensé à lire en rentrant chez soi.

Le règlement d’endurance équestre 2023

La commission endurance de la fédération française d’équitation a publié les mises à jour du règlement de la discipline. Quelques changements d’intitulés d’épreuve à l’horizon et une modification des parcours. En effet, la course club élite 40 km devient Club 1. Suite à la mesure des statistiques d’engagements, l’épreuve Club 1 de 40 km limitée à 10-12 km/h ne rencontrait pas un franc succès. Afin d’harmoniser les catégories d’épreuves club et surtout les catégories de championnat, la club élite GP de 60 km devient la club élite et la club élite devient club 1.

Le retour de la 80 km VL ! Force est de constater que les vrais amateurs de la discipline ont boudé l’apparition des épreuves de 100 km. En trois boucles avec des étapes de 40 km ou en 4 boucles, l’amateur 1 Grand Prix n’a pas rencontré le succès attendu par la fédération. L’ancienne épreuve 80 km vitesse libre fait son grand retour.

Ce que cela change ou pas :

  • Accès 100 km (amateur 1GP ou CEI*) = 2* 80 km (en dessous de 16 km/h pour accéder à la CEI*)
  • Accès 120 km (Amateur Elite ou CEI**) = 2*100 km. Pour l’épreuve en 2 jours, c’est toujours 1*100 km.

Ce que ça apporte en terme de circuit

Une compétition vitesse libre plus accessible pour l’amateur qui ne souhaite pas monter sur de grosses distances.

La possibilité d’avoir un championnat de France sur l’épreuve de 100 km qui soit plus challengeant : en gros, l’épreuve graal du circuit amateur, là où une épreuve de 80 km VL risquerait d’engendrer des vitesses impressionnantes et des risques. Le championnat amateur 1GP se gagne déjà à une moyenne de 19 km/h, il serait peut-être contre productif de réduire les kilomètres.

Du côté organisateur :

« Il est interdit, pour des questions de sécurité, d’organiser des épreuves de 60km et moins le même jour que des épreuves de 120km et plus. »

Certains parlent de favoritisme envers les pros pour leur donner un jour à eux, mais voyons plutôt de l’autre côté du miroir. Organiser des épreuves club avec des poneys, des chevaux et des cavaliers débutant dans la discipline qui arriveraient au contrôle vétérinaire… et se feraient mettre sur le côté pour laisser passer les contrôles intermédiaires de la 120… super.

La séparation des épreuves, malgré les fortes contraintes supplémentaires que cela engendre pour les organisateurs à devoir faire des concours sur deux jours, est là pour favoriser un meilleur accueil et accès des compétiteurs club et amateur en endurance.

On le rappelle : grâce aux statistiques mesurées lors des journées d’endurance à Lamotte-Beuvron en 2019, ces épreuves sont neutres ou positifs au budget, car elles n’engendrent pas des charges conséquentes, contrairement à l’organisation d’une CEI. Les engagements sont normalement des entrées suffisantes pour couvrir les frais, là où un concours international avec la mobilisation des juges et vétérinaires FEI nécessite des subventions et sponsors supplémentaires.

Monpazier : l’Espagne réalise presque un carton plein

143 couples français engagés. Victoire pour Julia Montagne sur la CEI***, Maria Alvarez Ponton : reine des entrées en solo sur l’hippodrome. Les résultats des épreuves de Monpazier sont disponibles dans l’article précédent : https://roadbookendurance.com/concours-international-de-monpazier-carton-presque-plein-pour-lespagne/

Menace sur Vérone

Ce mail est arrivé lundi soir dans les boites des fédérations nationales et cavaliers d’endurance qualifiés pour les mondiaux. Le championnat du monde d’endurance senior prévu à Vérone du 19 au 23 octobre est menacé.

Surprise totale pour les cavaliers dont les vols et accommodations sont déjà réservés et les frais conséquents non remboursables.

La remise en cause du championnat serait dû à un manquement dans la préparation de la piste suivant les recommandations de le FEI pour ce type d’événement.

lettre FEI championnat du monde de vérone

La FEI a adressé une lettre de mise en demeure au comité d’organisation du FEI Championnat mondial d’endurance 2022 de Vérone(ITA) qui se tiendra du 19 au 23 octobre.
L’avis de résiliation reflète les graves préoccupations de la FEI concernant la planification et la préparation du championnat et en particulier l’état de préparation de la piste. Il est conforme au droit de la FEI à révoquer l’organisation conformément à l’article 23b du Host agreement.
Selon l’accord, l’organisateur a jusqu’au 5 septembre pour remédier à la situation.[…]
Nous comprenons que les fédérations nationales préparent des voyages et des calendriers d’entrainement, et même si le résultat final de ce processus n’est pas encore connu, nous croyons qu’il est important que toutes les fédérations nationales soient au courant de la situation actuelle.

Sur la base des commentaires et des réponses reçues, le conseil de FEI évaluera la situation lors de sa téléconférence du conseil le 8 septembre et décidera si le championnat à Vérone peut aller de l’avant ou non, à ce moment, la fei informera toutes les fédérations nationales des décisions du conseil d’administration et de toute autre information pertinente.

Affaire à suivre…

♞ Prochaine news : Florac, les chevaux d’âge : toujours en piste et autres résultats ♞

Nous soutenir sur Tipee

Afin de faire vivre ce blog et de le développer toujours plus grâce à de nouveaux projets, j’ai lancé une cagnotte Tippe ! Allez-y faire un tour : https://fr.tipeee.com/roadbook-endurance-le-blog

Les épreuves préparatoires

Les épreuves préparatoires

Bon, bon, bon, il semblerait que ce ne soit pas si évident que ça ce règlement, allez on fait un petit point sur ces nouvelles épreuves préparatoires. Pour rappel, la création des épreuves préparatoires fait suite aux journées de l’endurance 2019 à Lamotte-Beuvron où ont été évoquées deux sujets : la nécessité de qualifications des chevaux OI à l’étranger pour accéder au circuit international en France et la mise hors classement des épreuves amateurs, des cavaliers licenciés Pro et donc des chevaux.

𝗥è𝗴𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟭 :

Les épreuves préparatoires existent dans les disciplines du saut, du dressage et du CCE pour permettre la qualifications de chevaux par les professionnels sur des circuits novices. La commission endurance a donc calqué ce modèle sur notre discipline dans un souci de répondre aux attentes de nombreux cavaliers.

𝗜𝗻𝘁é𝗿ê𝘁 𝗱𝗲 𝗹’é𝗽𝗿𝗲𝘂𝘃𝗲 𝗽𝗿é𝗽𝗮𝗿𝗮𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲 :

– Qualifier des chevaux OI sur les épreuves françaises avant d’arriver sur circuit international. ATTENTION : les chevaux OI et ONC ne sont autorisés à concourir que dans les catégories 4/3/2 suite à des modifications du règlement au 01/03/21

– Faire apparaitre les chevaux dans un classement lorsque le cavalier dispose d’une licence pro

– Qualifier ou re-qualifier un cheval hors du circuit SHF pour les démarrages de carrière « tardive » ou après sortie du circuit de compétition au-delà du temps de validité des qualifications.

La perte des qualifications est déterminée par la FFE dans les cas suivants :

  • une élimination pour cause métabolique grave avec rapport du responsable du pool vétérinaire cosigné par le Président du jury,
  • deux éliminations consécutives pour une raison métabolique sur une période de 12 mois,
  • trois éliminations consécutives pour boiterie sur une période de 12 mois.

La perte de qualification prend effet automatiquement le jour de l’épreuve engendrant une mise au repos de six mois pour toutes les épreuves à vitesse libre.

Pour rappel, les épreuves à vitesse limitée ont une durée de validité illimitée.

𝗖𝗼𝗻𝗱𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 :

🐎 20,40,60 km accessible avec une licence club/Am/Pro

🐎 80-90 km accessible avec une licence Am/Pro

🐎 Pas de remise des prix sur les épreuves Prépa 4/3/2/1

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗾𝘂𝗶 :

➡ CLUB : Si vous souhaitez remporter des épreuves, faire des podiums, gagner des points pour les challenges départementaux, régionaux ou le championnat des Club : cette épreuve n’a aucun intérêt pour vous.

➡ Cheval OI ou ONC : possibilité de se qualifier sur les épreuves prépa 4/3/2 avec une licence amat ou pro

➡ PRO : Vous si vous ne saviez pas déjà l’inérêt de cette épreuve, hein…😎