Florac : Les podiums du raid mythique

Florac : Les podiums du raid mythique

C’est probablement la course la plus difficile d’Europe et le rêve sportif de grands nombres de cavaliers. Florac : 1600 mètres de dénivelé, quatre sites d’accueil, entre les gorges du Tarn, de la Jonte et le massif de l’Aigoual. Un circuit soumis parfois aux fortes chaleurs sur le causse Méjean, parfois aux épisodes cévenols et aux pluies torrentielles. Finir Florac c’est déjà gagner et gagner c’est : mythique. Voici les podiums depuis la première édition en 1975. 

Les 160 km de Florac course équestre endurance en Lozère / Crédit : LEE

2021

CEI : Marion Wasilewski x Taïga d’Argane / 2ᵉ : Jume Punti Dachs x JM el Sobrino / 3ᵉ : Marilyn Lemoine x Bayla d’Alluech

CEN : Jerome Biados x Karah Khan / 2ᵉ : Christophe Bogrand x Astana dû Launay / 3ᵉ : Camille Ordoqui x Abdhan des Chenes

2020

Annulation

2019

CEI : Allan Leon x Spirit de Crouz / 2ᵉ :  Marijke Visser x Rouchka de Luc / 3ᵉ :Annie Marchant x Alaska de Rivoiron

CEN : Charlotte Courbez x Vazie du Fausset 2ᵉ : Clémentine Droussant x Voika el Arabica / 3ᵉ : Christophe Bogrand x Flaire du Cavallon

2018

CEI : Elisabeth Hardy x Helwa / 2ᵉ : Melody Theolissat x Une Pieraz du Vialaret / 3ᵉ : Nicolas Ballarin x Tooyou de Gargassan

CEN : Anne-Emmanuelle le Breton x Suryah d’Aurabelle / 2ᵉ : Jerome Biados x Karah Khan / 3ᵉ : Juliane Chassagneux x Urbanne Jiem

2017

CEI : Robert Diez Noguera x Sunit du Colombier / 2ᵉ :  Ollivier Daniel x Pot Made / 3ᵉ : Ali Hassan Yousaf Al Farsi x Khandjar du Boulve

CEN : Jerome Biados x Karah Khan / 2ᵉ : Charles Cappeau x Camargue Image/ 3ᵉ : Charlotte Thenier x Nejmet el Nefous

2016

CEI :  Robert Diez Noguera x Sunit du Colombier (16.28 km/h) / 2ᵉ : Elisa Simon x Sharon de Suleiman / 3ᵉ : Cécile Totain x Lyrical Breeze

CEN : Emilie Kuntz x Rafale d’Aurabelle / 2ᵉ : Gaetan Peillard x Rep Curl / 3ᵉ : Julie Meignen x Orient Abiwan 

Emilie Kuntz et Rafale d’Aurabelle / Marion Wasilewski et Taïga d’Argane 2017

2015 : 40 ans

CEI : Clément Marescassier x Sunny du Guide / 2ᵉ : Virgine Atger x Ras Payador / 3ᵉ : Allan Leon x Spirit de Crouz

CEN : Christopher Rendle x Lilka / 2ᵉ : Stephanie Blatz x Rahman de Kerpont / 3ᵉ : Sabrina Lefevre x Obsession Sky

2014

CEI : Saleh Bugheaim faleh Nasser x Major Armor / 2ᵉ: Geraldine Brault x Pomoska du Barthas / 3ᵉ : Alex Luque Moral x Calandria PH

CEN : Caroline Camerlynck x Rajka des Ables / 2ᵉ : Celine Ferrere x Esmadouha de Galahad / 3ᵉ : Jeremy Lamoriniere x Rayan el Kabyle

2013

CEI : Cecile Demierre x Kefraya Jais / 2ᵉ : Nicolas Ballarin x Lemir de Gargassan / 3ᵉ : Virginie Atger x Ras Payador

CEN : Gaetan Lamoriniere x Cadjanne / 2ᵉ : Anne Wauquier x Zaim el Mehir / 3ᵉ : Gaetan Peillard x Noria

2012

CEI : Laurent Mosti x Easy Fontnoire / 2ᵉ : Cecile Demierre x Kefraya Jais / 3ᵉ : Ali Hassan Yousaf al Farsi x Osmos

CEN : Veronique Mestre Gibaud x Shagya Baronyka / 2ᵉ: Amelia Sanchez x Palmira du Cambou / 3ᵉ: Stephane Blondel x Jocrisse de Blic

laurent Mosti et Easy Fontnoire
Laurent Mosti x Easy Fontnoire / c: DR

2011 : Championnat d’Europe FEI Open

CEI : Ali Khalfan al Jahouri x Kalifa / 2ᵉ: Maria Alvarez Ponton x Nobby / 3ᵉ: Jassim Mohammed al Maadhabi x Mazayha

2010 : Test-Ride

230 demandes de participation, 171 chevaux au départ, 18 nations, plusieurs milliers de personnes à l’arrivée à Ispagnac, ce fût l’année de tous les records.

Lozère Endurance Equestre

CEI : Sarah Chakil x Shararat / 2ᵉ: Julien Goachet x Lubiana de Coat Frity / 3ᵉ: Laurent Mosti x Odysee de Crouz

CEN : Alain Babulle x Sundji / 2ᵉ: Valeire Privat x Naja du Beyrac / 3ᵉ: Gaetan Peillard x Noria

2009

CEI : Morgane Payen x Al Dabaran / 2ᵉ: Horace Perraud Bonin x Flamenco de Messey / 3ᵉ: Julien Goachet x Lubiana de Coat Frity

CEN : Marie Vialle x El Mebrouk du Baraly / 2ᵉ: Sarah Romezy x Lesly du Moriat / 3ᵉ: Jose Blanchard x Jourika d’Alayrac

2008

CEI : Cecile Totain x Eau de Fleurs (15.561 km/h) / 2ᵉ: Robert Pastor x Hasard / 3ᵉ: Andrea Pulicani x Luna 

CEN : Sophie Watteau x Minie du Cambon / 2ᵉ: Eric Rouquier x Historiette II / 3ᵉ: Arthur Desprez x Hayda

Résultats par équipes ici 

Avant 2008, le concours de Florac n’était organisé qu’en épreuve internationale.

2007

CEI : Cecile Demierre x Shaman / 2ᵉ: Catherine Boisseron x Eulalie d’Out law / 3ᵉ: Pierre Souchard x Darkan

2006

CEI : Franck Lance x Ganda Koy / 2ᵉ: Jack Begaud x Hera de la Crouz / 3ᵉ: Virginie Simon x Calypso de Suleiman

2005

CEI : Katie Smith x Orkara / 2ᵉ: Pascale Dietsch x Hifrane du Barthas / 3ᵉ: Denis Pesce x Stik

Katie Smith fut la première cavalière étrangère à gagner les 160 km de Florac / crédit : JL Perrier

2004

CEI : Stéphanie Arnal x Issane el Fayssett / 2ᵉ: Yves Preveiraud x Alize de Lap / 3ᵉ: Jaume Punti Dachs x Iska

2003

CEI : Simon Bellot x Douar / 2ᵉ: Maurice Saint x Flyntor / 3ᵉ: Sabrina Hili x Eulalie d’Out Law

2002 : Championnat de France

CEI : Cecile Mileto Mosti x Falene de la Drome / 2ᵉ: Claire Lux x Datila / 3ᵉ: Cecile Demierre x Menkhib de Faysett

2001

CEI : Ludovic Saroul x Fabella des Mas / 2ᵉ: Yvon Ollivier x Odra el Din / 3ᵉ: Sunny Demedy x Fifi du Bagnas

2000

CEI : Celine Schwartz x Decibelle de Paute / 2ᵉ: Yves Preveiraud x Alize de Lap / 3ᵉ: Khalas Al Hammdi x Soara

1999 : première CEI***

CEI : Denis Pesce x Magida / 2ᵉ: Beatrice Daniau x Karavan / 3ᵉ: Yves Preveiaud x Alize de Lap

1998 : Championnat de France

National : Vincent Dupont x Seskia / 2ᵉ: Philippe Tomas x Vermouth / 3ᵉ: Maya Killa Perringerard x Varoussa Ecolit 

1997

National : Denis Pesce x Ratzia d’Alauze / 2ᵉ:Yves Preveiraud x Alize de Lap / 3ᵉ: Roser Xalabarder sagales x Arques Perspika

1996

National : Yvon Olivier x Shabaya al Shatane / 2ᵉ: Michel Denayer x Ami des Fees / 3ᵉ: Lise Chambost x relzouck Monepiat

de gauche à droite : Yvon Olivier / Cécile Miletto / Denis Pesce / Michel Denayer

1995

National : Patrick Dionisi x Orizzanese / 2ᵉ: Jean-françois Legros x Wacil / 3ᵉ: Serge Morgan x Gipsy IV

1994

National : Denis Pesce x Tex (moyenne 13.98) / 2ᵉ: Raymond Johnson x Smail / 3ᵉ: Lise Chambost x Falkow

1993

National : Denis Pesce x Melfenik Hippomar / 2ᵉ: Michel Denayer x Ami des Fees / 3ᵉ: Robert Juvin x Shamsi de Lux

1992

National : Jerome Alfonso x Radjani / 2ᵉ: Michel Denayer x Ami des Fees / 3ᵉ: Stephane Fleury x Roc’h Dynavena

Leg (poids légers) : Caroline Kraut x Vahine al Maury / 2ᵉ: Valérie Parisot x Robain des Bois / 3ᵉ: Christelle Picq x Yebel Tarik

1991

National : Genevieve Planas x Quatiba / 2ᵉ: Benedicte emond Bon x Sunday d’Aurabelle / 3ᵉ: Catherine Brown x King Minos

Leg : Lise Chambost x Relzouck Monepiat / 2ᵉ: Salomé Quoniou x Latif II / 3ᵉ: Florence Dugalleix x Duragan

1990

National : Denis Pesce x Melfenik Hippomar / 2ᵉ: Martine Denayer x Ami des Fees / 3ᵉ: Gaston Mercier x Mao IV 

Leg : Beatrice Lux Legros x Wacil / 2ᵉ: Elsa Mercier x Quenelle / 3ᵉ: André Veyssiere x Pascha III

1989

National : Catherine Boisseron x Out Law Persik / 2ᵉ: Jack Begaud x Linus / 3ᵉ: Michel Laracine x Oh Brigand

Leg : Katy Garcia x Princesse IV / 2ᵉ: Veronique Dalle x O’hara

1988

National :  Denis Pesce x Krempolis / 2ᵉ: Christine Manifacier x Melfenik Hippomar / 3ᵉ: Gaston Mercier x Mao IV 

Denis Pesce x Krempolis

Leg : Martine Denayer x Ami des Fees / 2ᵉ: Benedicte Edmond Bon x Lubie de Sy / 3ᵉ: Christine Labastie x Nabass

1987

National :  Denis Pesce x Melfenik Hippomar  / 2ᵉ: Gaston Mercier x Mao IV / 3ᵉ: –

Le Film : La chevauchée des Cévennes

1986

National :  Denis Pesce x Krempolis / 2ᵉ: Denis Letarte x Tina de Cazes / 3ᵉ: Gaston Mercier x Mao IV 

1985

National :  Magali Chambaud Vidal x Ibrahim/ 2ᵉ: Odile Dalle x Katia / 3ᵉ: Françoise Rimbaud x Kamir II

1984 : premier Championnat d’Europe d’endurance

International :  Yves Aime x Incompris (France) (14.89 km/h) / 2ᵉ: Hilde Jarc x Samun (Autriche) / 3ᵉ: Denis Pesce x Alpomar de Raynes

Nationale : Gerard Boutonnet x Jouvencelle / 2ᵉ: Veronique Dalle x Fury / 3ᵉ: Jean-Pierre Bourcier x Malik

Leg : Denis Letartre x Darling de Cazes  / 2ᵉ: Catherine Brown x Zoltan / 3ᵉ: Juliette Suhr x Tina de Cazes

1983

National : Yves Aime x Incompris et Hubert Baeyens x Krempolis / 3ᵉ: Odile Dalle x Katia

Leg : Aline Christiani x Flamme / 2ᵉ: Lise Chambost x Babella / 3ᵉ: Salome Quoniou x Latif II

1982 

National : Hubert Baeyens x Krempolis / 2ᵉ: Veronique Dalle x Fury / 3ᵉ: B. Thepault x Tarzan

1981 Raid des Drailles : Naissance des 160km de Florac

National : Jean-Luc Chambost x Jalna N / 2ᵉ: F. Cuccaro x Incompris / 3ᵉ: Christine Falque x Hadji

1980 : 130km

National : Lise Chambost x Kid / 2ᵉ: Christine Falque x Hadji / 3ᵉ: Frederic Revol x Iris

1979 : 130km

National : Jean-Luc Chambost x Kid / 2ᵉ: Christele Letarte x Barol / 3ᵉ: Catherine Ronjat x Heros du Merrier

1978 : 130km

National : Jean-Marie Laudat x Dragon / 2ᵉ: Christel Letartre x Flambard / 3ᵉ: Lise Chambost x Kaline

1977 : 130km

National : Jean-Pierre Bourcier x Tonnerre / 2ᵉ: Christel Letartre x Candy 77  / 3ᵉ: Jean-Paul Falque x Port Said

1976 : 115km

National :  Jean-Marie Fabre x Persik / 2ᵉ: Denis Letartre x Barol / 3ᵉ: P. Sapault x Candy 77

1975 : 130km

National : Jean-Marie Fabre x Persik / 2ᵉ: Michel Bordes x As / 3ᵉ: Hugonnet x Copain

Persik, l’étalon emblématique, deux fois gagnant à Florac

Un super panorama de la course par Gaston  Mercier : Florac

Justine Tardy : Championne de France amateur 1 Grand Prix

Justine Tardy : Championne de France amateur 1 Grand Prix

Cette année, l’épreuve de 100 km de Monpazier, support du Championnat de France amateur 1 Grand Prix, d’une CEI* et de la CEN* a donné son lot de suspens et de retournements ! Dans le groupe de tête qui s’est détaché dès le début, des cavaliers étrangers et français sur les trois épreuves se sont donnés le relais. Les cavaliers Élite FEI (10 classements sur CEI***) et les étrangers étant exclus du master de France, il a fallu à Justine Tardy bien de la concentration et de la gestion pour connaitre ses adversaires et glaner la médaille d’or. C’est à l’issue d’un sprint à trois qu’Emma Sole Macia associée à Karim 75 a remporté la victoire sur la CEI* pour l’Espagne, tandis que Justine et Ainhoa Haniss prenaient la première place de l’épreuve CEN* et la médaille d’or du master. La troisième amazone, Romane Fallery avec Bagatel du Fonpeyrol prend la 2ᵉ place de la CEI* et la médaille d’argent du master.

Roadbook endurance est allée (virtuellement) à la rencontre de Justine, l’inattendue, pour connaitre son parcours.

RBE : Justine, parle nous de ta rencontre avec Haniss (Nini pour les intimes).

Justine : C’est à l’issue d’un accord entre Jean-Marc Valério et Pascaline Lepoutre du haras de la Cure qu’est née Haniss (par Haniknoa, ar et Soliuskoa, ar). Pour moi, c’est une histoire particulière. C’est la première jument que j’ai vu naître, je n’avais jamais pu assister à une naissance en direct. En rigolant, j’ai demandé à Pascaline d’être sa marraine. J’ai eu le coup de cœur et à ses six mois, je l’ai réservée. J’ai pu l’acheter à ses trois ans, mon premier cheval. J’ai fait le débourrage, le travail, toute seule avec l’objectif de l’emmener en endurance, mais surtout de la voir évoluer en loisir à mes côtés. On a appris ensemble sur le circuit SHF jusqu’à la finale des chevaux de 6 ans à Uzès, sur 80 km.

RBE : L’endurance n’est donc pas ton métier, c’est ton loisir et on peut voir sur les résultats FFE que tu tournes également en amateur en saut, comment organises-tu ce quotidien ?

Justine : Je suis assistante vétérinaire à plein temps et grâce à mes patrons, qui sont adorables, j’ai un emploi du temps particulier. Je travaille le matin et en fin de journée. Cela me laisse tous les après-midi pour monter à cheval et entrainer. Dans l’écurie où est Haniss, je gère son quotidien de A à Z ne louant que la place en box et en paddock. Je m’occupe de la nourrir, des soins et de l’entretien de son espace. c’est d’ailleurs la seule jument d’endurance. J’ai une copine qui me coach en saut d’obstacle et m’aide à m’entrainer avec mon second cheval Hocus Pocus by Wisbecq, né en Belgique chez Gaëtan Decroix. Pour l’endurance, je gère toute seule et je peux profiter d’une piste de galop aux écuries ainsi que des chemins. En revanche, pour préparer Monpazier, j’ai eu de l’aide et je remercie Philippine, une jeune cavalière de l’écurie qui a sorti Haniss quand je ne pouvais pas et mon ostéopathe Emeline Lacour qui m’a aidé à organiser le planning d’entrainement.

RBE : Comment as-tu construit tes objectifs de course depuis l’entrée sur le circuit amateur ?

Justine : En 2018 je voulais qualifier sur CEI*. C’était un challenge et ça restait accessible pour moi en terme d’entrainement, mais aussi de budget. Et puis, c’est classe quand même de qualifier sur « une étoile internationale ». À Lignières, nous validons la première 80 km (amateur 1) et sur ma 2ᵉ 80 km (amateur 1 GP), je coure à Ollières et fini 3ᵉ. Au dernier contrôle vétérinaire, je ressens des douleurs à la jambe, on rigole des bleus que j’ai et qui semblent sortis de nulle part. Cependant, 8h plus tard j’étais aux urgences pour un syndrome des loges, j’ai failli ma perdre ma jambe. J’ai pu remonter à cheval trois mois plus tard et suis sortie en SO et j’ai attendu novembre pour tenter cette fameuse CEI* qui était l’objectif de l’année. C’était à Ponchateau, on termine 10ème !

L’année d’après, on ressort à Costaros sur une amateur 1GP où on termine 2ᵉ en prévision de Monpazier pour le championnat de France. Sur ce fameux master, on sort pour boiterie sur l’avant-dernière boucle de la 80, désillusion, mais c’est le jeu, le sport. 

2020 arrive avec la covid et la limitation des concours. J’ai voulu qualifier sur 100 km, en quatre boucles (changement de règlement) dans la région, éviter les frais et maintenir Haniss en forme sur cette année presque vide, nous donner un objectif, qui était supérieur à ceux franchis jusqu’alors. Pareil on se fait éliminer avant la dernière boucle, là il faisait froid et il pleuvait, les conditions n’étaient vraiment pas top.

Arrive 2021 et nous étions sur des éliminations, j’avais de grosses hésitations sur la saison à faire. Retenter la qualification sur 100, en amateur ou en CEI. Je cherchais des courses, mais le budget était trop serré pour aller loin ou faire une CEI*. C’est alors que mon père m’a demandé si les championnats de France amateur avaient lieu cette année. Lorsque nous avons eu la certitude que Monpazier serait organisé, il m’a dit « je t’offre toute ta participation aux championnats ». J’étais tellement excitée, j’avais trouvé mon objectif. On a préparé la jument sur deux mois, fait le planning pour être prêts au maximum. Je savais que cette épreuve se courrait vite, j’étais partie pour faire une place. Quatre jours avant de partir, Haniss déferre, se plante le pinçon dans la sole, j’étais en larmes au téléphone avec mon maréchal, on a failli rester aux écuries et voir tous nos efforts annulés. Mais Haniss s’est vite remise. Quand je repense à cette course, c’était de la folie !

RBE : Comment est Haniss en course ?

Justine : Difficile à gérer, elle chauffe rapidement en présence des autres chevaux et n’est absolument pas aimable. Elle peut taper. En revanche elle a un super mental ! Donc je devais partir seule et devant pour éviter toute nervosité (ou problème). Nous l’avons préparé pour ça. Partant devant, il fallait assurer de tenir ce rythme jusqu’au bout. J’avais tout fait pour pouvoir disputer ce championnat, il fallait que cette stratégie fonctionne.

J’ai eu aussi de la chance, car le groupe de tête était bien. Nous avions un groupe de chevaux homogène, une gestion de course facile entre nous tous, une bonne communication. On ralentissait tous ensemble dans les mauvais terrains, il n’y avait pas de sortie ou d’erreur de train. Du coup ça nous a beaucoup aidé. Au début, je suis resté en fin ou milieu de groupe pour ne pas énerver la jument, elle a fini par se caler avec les chevaux et c’était un régal.

RBE : Au départ de la dernière étape, comment t’es-tu sentie ?


Justine : J’étais trois minutes derrière les premiers de la CEI, j’ai rattrapé des concurrents petit à petit des différentes épreuves. Haniss ne s’énervait pas quand on avait en vue des dossards bleus ou blancs. J’ai doublé Mathieu Lebourlot de l’épreuve 2x70km assez tranquillement. C’est lorsque nous sommes remontés sur le groupe de tête, celui avec lequel j’avais fait route depuis le début, qu’elle est devenue guerrière. N’étant plus que trois dossards jaunes, nous avons pris des relais, j’ai pu passer plus devant qu’aux étapes précédentes, Haniss était royale. Je me trouvais avec la cavalière espagnole et Romane (qui était ma principale adversaire à venir ^^).
À la base, je ne voulais pas sprinter. Je n’étais pas sur la CEI et je m’assurai déjà un podium sur le championnat. Du coup, j’ai demandé aux filles ce qu’elles voulaient faire dans le dernier kilomètre avant l’hippodrome. Elles voulaient sprinter alors je leur ai dit qu’à l’entrée elles passeraient devant. La concurrente espagnole a lancé le sprint très tôt et Haniss m’a pris la main avant que je n’aie pu décider pour nous. Alors finalement on y est allées ! 

RBE : Quel est le programme maintenant ?
Justine : Haniss part en vacances deux mois, on a terminé la saison. 2022, on verra ce que l’avenir et le temps nous réservent. N’ayant pas d’objectif de valorisation ou de vente, je souhaite rester sur le circuit amateur. Le format 2×70 km me tente bien, la jument est souvent fraiche les lendemains de course, ça pourrait lui convenir pour une première Amateur Élite.


RBE : Un mot pour terminer ? Une anecdote ?

Justine : Je me rappelle Claude Place, que j’admire vraiment, lors de ma CEI* à Ponchâteau. À l’abord de l’hippodrome, je lui propose le sprint ou finir ensemble et il m’a répondu « va devant, tu le mérites, un jour ta jument fera de toi une championne de France ». Je ne sais pas s’il est devin, s’il a un don pour déceler le potentiel des chevaux ou s’il m’a simplement donné le meilleur encouragement du monde, mais merci Claude pour ces paroles.

L’équipe d’assistance de Justine Tardy, le lendemain de l’épreuve à Monpazier

Les résultats du master : Ici

Au cœur d’un élevage : les écuries de Fontanelle

Au cœur d’un élevage : les écuries de Fontanelle

La période actuelle n’est pas vraiment propice à parler résultats de compétitions. C’est toutefois l’heure des premières naissances et aussi le choix des étalons pour ceux qui souhaitent vivre l’aventure poulain. Nous sommes allés à la rencontre de Sophie et son élevage familial grâce à sa participation au concours photo élevage lors de la grande semaine d’Uzès. L’occasion de varier notre rubrique les Z-interviews en s’intéressant à l’élevage de chevaux d’endurance équestre.

de gauche à droite : Enfin, Sirocco du Camard (26 ans), deux fils d'Enfin et Zarda :)
Collection privée
de gauche à droite : Zarda de Fontanelle, Sirocco du Camard (qui fête en 2021 ses 32ans), deux fils d’Enfin : Warden et Quahien de Fontanelle 🙂

RBE : Sophie, je crois me souvenir grâce aux résultats en championnat de France jeunes cavaliers, que tu es tombée dans l’endurance quand tu étais petite. Peux-tu nous raconter ton parcours dans la discipline?

Sophie : Je découvre l’endurance en 1991 à 14 ans avec ma première jument Ulla, et l’année suivante elle me permet de classer ma première 120km. Quelques années plus tard en 1996, je remporte le titre de championne de France jeunes cavaliers avec Sirocco du Camard ( fils de Horr et de Aischa, par Dahman) que j’ai acheté deux ans plus tôt. Nous décrochons une seconde place à Rambouillet en 1997. Avec Ulla, nous terminons la 160km de Florac en 2000 et Montcuq en 2001. Ces deux chevaux m’ont apporté de belles expériences et performances.

Fin 2003, après une douzaine d’années de pratique intense, je décroche de cette discipline dans laquelle je ne me reconnais plus. Mais en 2006, alors enceinte de mon fils Angel, l’envie de reprendre me vient, dans un concept familial allié d’une volonté de challenge personnel plus que de compétition avec les autres. Mon leitmotiv est « tenir la distance », la performance instantanée ne m’intéresse guère si elle est faite au détriment de la durée de carrière.

RBE : Est-ce ainsi que tu t’es lancée dans l’élevage ?

Sophie : J’avais des juments sur le circuit de compétition et je m’intéressai à la reproduction, nous faisions quelques poulains. Je cherchai un étalon à marier à ma jument Zarda classée en CEI**, une fille d’Ismael d’Aubanel et de notre jument Golden cross El Qahirah, lorsqu’en 2010 je croise la route d’Aïnhoa Enfin, cheval arabe entier : Solide, franc, proche de l’homme et beau. Il incarne tout ce que je cherche pour l’étalon à marier avec mes juments et surtout à elle. C’est le coup de cœur. Le hasard me permettra d’en faire l’acquisition avec le projet de le mettre à la reproduction. Aïnhoa Enfin bousculera tous mes préjugés entendus sur les chevaux entiers : pilier de notre écurie, il partage son paddock avec ses fils ou nos hongres, et peut sans souci être transporté avec les juments ! 

Sophie et Ainhoa Enfin, Florac 2015 - Mont Aigoual
Sophie et Ainhoa Enfin, Florac 2015 – Mont Aigoual. Crédit : collection privée

Très rapidement le désir de finir de le valoriser avec la 160km de Florac en objectif ultime, ce qu’il atteindra en 2015, après 6 courses classées de 2 et 3 étoiles et 3000km validés. C’est pour lui, que je deviens Chef de Centre d’Insémination, après mon diplôme d’ingénieur agronome.

Les premiers produits de Enfin sont Warden, avec qui j’ai pris du retard suite à sa convalescence (Lyme) et Shuriken de Brion (exporté EAU). Son fils Qahien (mère El Qahirah) prend sept ans cette année (2021) et va poursuivre ses qualifications chez nous. Nous avons hâte de voir certains de ses produits sur la piste notamment First de Cordelle à Pascale Piazzalunga, et Innamo du Clozet à Alizée Dewerdt.

RBE : Qui sont les futurs cavaliers de tes poulains ou les propriétaires, éleveurs à la recherche de Enfin ?

Sophie : Nous sommes double actifs et nous avons donc la chance de pouvoir faire des choix. Jusqu’à 2020, nous ne vendions que des saillies, puis nous avons proposé deux de nos trois foals 2020 à la vente au sevrage, l’une est vendue et l’autre réservée. Le petit mâle, Neyiseh de Fontanelle, fils d’Ultimatum Mirbel et de Cheriden Fontanelle (par Ainhoa Enfin), reste à l’élevage.

Pour ce qui concerne les conseils à la clientèle, nous préférons ne pas proposer Enfin si nous pensons que le mariage ne convient pas. De plus, sa carrière davantage en durée qu’en performance « one shot » fait que la clientèle se sélectionne d’elle même. Notre clientèle est proche de nos valeurs, à la recherche d’un compagnon capable de tout (cheval de famille, aussi bien capable de partager tous les moments de la vie de la maison, que d’emmener son cavalier jusqu’au sommet de l’Aigoual), ou bien parfois, tout simplement à la recherche d’un étalon solide, au métabolisme exceptionnel, capable de poser le mental sur des juments trop compliquées…

Notre souhait est de voir les produits de Enfin valorisés dans une endurance éthique avant tout.

Enfin à gauche (22 ans) et deux de ses fils Qahien de Fontanelle au milieu et Warden de Fontanelle à droite, Crédit : collection privée

RBE : Et après Aïnhoa Enfin ?

La relève commence déjà à se préparer avec son fils et son petit-fils qui ne manqueront pas d’être fidèle à nos valeurs.

Merci Sophie pour cet échange (écrit) et pour le partage de ton expérience et de tes valeurs.

Vous pouvez retrouver les actualités de l’élevage sur : les Fontanelles.

Les épreuves préparatoires

Les épreuves préparatoires

Bon, bon, bon, il semblerait que ce ne soit pas si évident que ça ce règlement, allez on fait un petit point sur ces nouvelles épreuves préparatoires. Pour rappel, la création des épreuves préparatoires fait suite aux journées de l’endurance 2019 à Lamotte-Beuvron où ont été évoquées deux sujets : la nécessité de qualifications des chevaux OI à l’étranger pour accéder au circuit international en France et la mise hors classement des épreuves amateurs, des cavaliers licenciés Pro et donc des chevaux.

𝗥è𝗴𝗹𝗲𝗺𝗲𝗻𝘁 𝟮𝟬𝟮𝟭 :

Les épreuves préparatoires existent dans les disciplines du saut, du dressage et du CCE pour permettre la qualifications de chevaux par les professionnels sur des circuits novices. La commission endurance a donc calqué ce modèle sur notre discipline dans un souci de répondre aux attentes de nombreux cavaliers.

𝗜𝗻𝘁é𝗿ê𝘁 𝗱𝗲 𝗹’é𝗽𝗿𝗲𝘂𝘃𝗲 𝗽𝗿é𝗽𝗮𝗿𝗮𝘁𝗼𝗶𝗿𝗲 :

– Qualifier des chevaux OI sur les épreuves françaises avant d’arriver sur circuit international. ATTENTION : les chevaux OI et ONC ne sont autorisés à concourir que dans les catégories 4/3/2 suite à des modifications du règlement au 01/03/21

– Faire apparaitre les chevaux dans un classement lorsque le cavalier dispose d’une licence pro

– Qualifier ou re-qualifier un cheval hors du circuit SHF pour les démarrages de carrière « tardive » ou après sortie du circuit de compétition au-delà du temps de validité des qualifications.

La perte des qualifications est déterminée par la FFE dans les cas suivants :

  • une élimination pour cause métabolique grave avec rapport du responsable du pool vétérinaire cosigné par le Président du jury,
  • deux éliminations consécutives pour une raison métabolique sur une période de 12 mois,
  • trois éliminations consécutives pour boiterie sur une période de 12 mois.

La perte de qualification prend effet automatiquement le jour de l’épreuve engendrant une mise au repos de six mois pour toutes les épreuves à vitesse libre.

Pour rappel, les épreuves à vitesse limitée ont une durée de validité illimitée.

𝗖𝗼𝗻𝗱𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀 :

🐎 20,40,60 km accessible avec une licence club/Am/Pro

🐎 80-90 km accessible avec une licence Am/Pro

🐎 Pas de remise des prix sur les épreuves Prépa 4/3/2/1

𝗣𝗼𝘂𝗿 𝗾𝘂𝗶 :

➡ CLUB : Si vous souhaitez remporter des épreuves, faire des podiums, gagner des points pour les challenges départementaux, régionaux ou le championnat des Club : cette épreuve n’a aucun intérêt pour vous.

➡ Cheval OI ou ONC : possibilité de se qualifier sur les épreuves prépa 4/3/2 avec une licence amat ou pro

➡ PRO : Vous si vous ne saviez pas déjà l’inérêt de cette épreuve, hein…😎