Le championnat de France des amateurs 2022 pour Jullianges (43)

Le championnat de France des amateurs 2022 pour Jullianges (43)

La fédération française d’équitation a publié un communiqué le 11 janvier dernier, annonçant des nouveautés dans le règlement et la création d’une Coupe des régions ainsi que de nouvelles épreuves pour le championnat de France des amateurs. Ce dernier se déroulera à Jullianges (43), le Raid des pèlerins du 28 au 31 juillet conjoint au championnat des majors. Un weekend de sport qui promet du spectacle !

1/ Un vrai championnat des amateurs

Jusqu’en 2021, le championnat de France amateur se courrait conjointement au Master Pro. Sur les épreuves de 100 kilomètres – Amateur 1 grand Prix ou CEI* et sur l’épreuve de 120 kilomètres – Amateur Elite ou CEI**, parvenant à enregistrer de nombreux inscrits en comparaison des années où ces titres se disputaient à l’écart des épreuves CEI.

L’inconvénient de ce championnat résidait principalement dans l’écart de niveaux et d’objectifs des différents concurrents, laissant peu de place aux « vrais amateurs » face aux concurrents engagés sur les épreuves CEI. Si en 2021, Justine Tardy est parvenue à décrocher le titre sur l’amateur 1 GP, auparavant il revenait à des cavaliers inscrits depuis longtemps comme professionnels de la discipline. Sur l’épreuve amateur Elite, les gagnants sont fort bien souvent des cavaliers issus d’écuries d’entrainement, professionnels de la discipline également, même si l’exclusion des cavaliers Elite FEI laissait la place à de nouvelles têtes. En 2019, c’est Aurélie Develay qui décrochait la palme (écurie la Feuillée), en 2020 notre médaillée d’or aux championnats du monde jeunes cavaliers : Léa Vandekerckhove (pour l’écurie M7) et en 2021, Helen Salaun (écurie du Roch) a remporté l’or.

Désormais, l’épreuve phare du championnat sera bel et bien l’amateur 1 Grand Prix de 100 kilomètres en vitesse libre. Tout porte à penser que le master Pro se dotera de l’épreuve de 120 kilomètres en plus de la reine 160, comme sur les circuits de CSO ou CCE distinguant un championnat Pro 1 et Pro Elite (ce ne sont que des suppositions évidemment).

D’autres épreuves ont été ajoutés à ce championnat amateur : Amateur 2 (60km), Amateur 1(80km) qui attribueront des titres individuels. Ainsi, trois médailles d’or attendent les amateurs de la discipline cette année !

2/ La Coupe des régions vient compléter ce circuit.

Selon le communiqué FFE, une Coupe des régions sera organisée : chaque territoire sera représenté par 9 cavaliers validés par le CRE (3 par niveau). Cette “sélection” pourra être l’aboutissement du circuit régional mis en place, afin de créer un attrait et une récompense aux circuits régionaux.

Il y aura aussi des médailles par équipe à aller chercher.

Le traditionnel championnat des Major quant à lui, se disputera sur une épreuve amateur 1 Grand Prix de 100 kilomètres.

Endurance équestre : les nominés des R-ewards 2021

Endurance équestre : les nominés des R-ewards 2021

Bonjour à tous, on se retrouve donc pour l’annonce des nominés pour la demi-finale des R-ewards.

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 ℂ𝕒𝕧𝕒𝕝𝕚𝕖𝕣.𝕖 𝕚𝕟𝕥𝕖𝕣𝕟𝕒𝕥𝕚𝕠𝕟𝕒𝕝.𝕖 :

– 𝓙𝓾𝓵𝓲𝓪 𝓜𝓸𝓷𝓽𝓪𝓰𝓷𝓮 : 🥇 classement FEI Open Riders World Ranking / 10 top 5 CEI** et *** en 2021 / 2🥇CEI**

– 𝓜𝓮𝓵𝓸𝓭𝔂 𝓣𝓱𝓮𝓸𝓵𝓲𝓼𝓼𝓪𝓽 : 🥈 FEI Open Riders orld Ranking / 7ᵉ aux CH-EU et médaille 🥈 par équipe / 5 podiums en CEI** et *** en 2021 / 2 victoire en CEI***

– 𝓟𝓪𝓾𝓵 𝓑𝓪𝓻𝓭 : Vainqueur des 2 jours de Montcuq avec Taj Mahal / Vainqueur de la CEI** de Compiègne / 2🥈 sur CEI*

– 𝓟𝓱𝓲𝓵𝓲𝓹𝓹𝓮 𝓣𝓱𝓸𝓶𝓪𝓼 : 4e CH-EU et médaille 🥈 par équipe / 5 top 10 en CEI*** / Vainqueur Castelsagrat 2021

– 𝓥𝓲𝓻𝓰𝓲𝓷𝓲𝓮 𝓐𝓽𝓰𝓮𝓻 : 🥉 FEI Open Riders orld Ranking / 7 top 10 en CEI** et *** en 2021 / 2 podium sur CEI*** / 🥉 Top7

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕛𝕖𝕦𝕟𝕖 ℂ𝕒𝕧𝕒𝕝𝕚𝕖𝕣.𝕖 :

𝓒𝓪𝓻𝓵𝓪 𝓜𝓸𝓼𝓽𝓲 : 🥈 classement FEI Open Young Riders World Ranking / 8 top 10 sur CEI* et YJ** en 2021 / Gagnante CEIYJ** Negrepelisse / 7e CH-F 🇫🇷 2021

𝓒𝓪𝓻𝓸𝓵𝓲𝓷𝓮 𝓜𝓪𝓰𝓭𝔃𝓲𝓪𝓻𝓮𝓴 : 6e CEIYJ** Castelsagrat 2021 / Top 10 CEI*** (90×2) Santa Susana 2020 / 8/11 classements avec Adèle des Balmes en CEN et CEI

𝓒𝓱𝓵𝓸é 𝓐𝓰𝓷𝓮𝓵 : 7/8 classements en CEI* et ** / 10e CH-F 🇫🇷 2021 / 1🥉CEI*

𝓔𝓵𝓸𝓲𝓼𝓮 𝓛𝓪𝓺𝓾𝓮𝓼 : 🥉classement FEI Open Young Riders World Ranking / 8e CH-M-Y et médaille 🥇 par équipe / 6e CH-F 🇫🇷 2021 / 5 sur 5 classements en 2021 dont 4 top 5 en CEI* et YJ**

𝓛é𝓪 𝓥𝓪𝓷𝓭𝓮𝓴𝓮𝓻𝓬𝓴𝓱𝓸𝓿𝓮 : 🥇 classement FEI Open Young Riders World Ranking / 6e CEI*** Montcuq / 6 victoires CEI*, CEIYJ** et CEI*** / 5e CH-M-Y et médaille 🥇 par équipe / 5e CH-F🇫🇷 2021

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 ℂ𝕒𝕧𝕒𝕝𝕚𝕖𝕣.𝕖 𝕟𝕒𝕥𝕚𝕠𝕟𝕒𝕝.𝕖 :


– Angélique Hoarau : que serait un classement amateur sans la créatrice de J’entraîne mon cheval qui depuis 2018 embarque plus de 8000 abonnés à la découverte de l’endurance club et amateur.
– Emmanuelle Kerboul Philibert : Gagnante CEN*** de Montcuq 2021 / gagnante de l’Am Élite de Fontainebleau / 75ème classement FFE Endurance
– Jérome Biados : double gagnant de la CEN*** de Florac
– Rose-Marie Talibart : 30ème classement FFE Endurance / 3🥇 en 2021 / 9ème CH-🇫🇷

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕔𝕙𝕖𝕧𝕒𝕝


– Bagatel de Fontpeyrol ( Romane Fallery et Julie Rolland) : vice-champion de France amateur 1GP / gagnant CEI* Uzès / 2ème de la CEYJ** de Castelsagrat
– Cantad du Parc ( Angélique Hoarau) : clairement la star de Facebook qui gravit petit à petit les échelons
– Biwaka de Chalendrat (SARL Tomas Team) : le vice-champion d’Europe 2021 a entamé sa carrière en SO et CCE ! Il remporte surtout la CEI*** de Castelsagrat et s’illustre à la 4ᵉ place du CH-E Senior
– Taïga d’Argane ( Marion Wasilewski) : Gagnante CEI*** Florac 2021, top 10 en 2019 et 2017
– Douma Armor ( Sébastien Mugnier) : 16 départs de course 🤩 16 classements ! 🥉CEI*** Jullianges / Top10 CH-FR chevaux de 6ans

Les mentions honorables chez les chevaux :
– Sirocco du Camard ( Sophie Robert) : boucle un rallye de 24 km à l’age de 32 ans, les sabots dans les naseaux !
– Adèle des Balmes (Caroline Magdziarek) : a elle aussi beaucoup de fan !

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 é𝕢𝕦𝕚𝕡𝕖

– Team Blue ride, l’écurie de Virginie Atger et Angel Lazes

– Team FPB, les écuries de France Paul et Paul Bard

– Team Cabirat, l’écurie de la famille Lafaure

– Team JPF, l’écurie de Jean-Philippe Frances et Sabrina Arnold

– Team ARA, l’équipe Jeunes Cavaliers d’Auvergne Rhône-Alpes

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕚𝕟𝕟𝕠𝕧𝕒𝕥𝕚𝕠𝕟

𝗠𝗦𝟭𝟬𝟬 𝗱𝗲 Movin’Smart

La solution connectée qui peut révolutionner votre façon de monter !

– les paramètres physiques de votre déplacement, vitesse, allures, cardio du cheval (Fc) et même du cavalier !

– les indicateurs de la symétrie des allures (trot/galop)…

– la qualité de synchronisation (ou couplage) entre le cheval et vous- une évaluation directe de la qualité du TROTTING- un bilan de fin de séance

𝗕𝗿𝗶𝗱𝗼𝗻𝘀 « 𝗛𝗮𝗶- » 𝗱𝗲 Haizum

  • 3 modèles avec une têtière ergonomique équipée d’un pont
  • Un fonctionnement en co-développement avec les Haixplorateurs, transparence et implication du consommateur
  • ventes en précommandes et expédition eco-responsable

𝗬𝗹𝘂𝗺 𝗛𝗼𝗿𝘀𝗲𝘀 (à découvrir sur instagram)

Ylum est un produit innovant qui permet au cavalier de ne plus être surpris par la tombé de la nuit

  • Le collier de chasse, réglable, résistant et confortable en biothane, équipé de puissantes LED pour éclairer le chemin, sans éblouir sa mouture.
  • Sa batterie lithium permet une autonomie de 2h à pleine puissance🌈 Toutes les couleurs du colliers sont possibles !

𝗕𝗿𝗶𝗱𝗼𝗻𝘀 et 𝗰𝗮𝗴𝗲𝘀 𝗱’é𝘁𝗿𝗶𝗲𝗿𝘀 SP France

– En biothane et béta biothane, le matériel SP France vous accompagne avec toutes ses options de couleurs 🌈, de matières et de réglages.

– Cages adaptables sur tous les étriers- modèles de brdons avec ou sans mors

𝗞𝗼𝗿𝗿𝗶𝗸𝗮 𝗟𝗮𝗯 𝗱𝗲 Devoucoux

La nouvelle Korrika Lab est la selle d’endurance totalement innovante.- Arçon Dynamick® avec découpe de siège anatomique en 2 parties facilite la mobilité du dos du cheval

– Matelassures OPTION GT en maille 3D pour une meilleure absorption des chocs et une répartition optimale des pressions

– Poids de 3,3kg.- Sanglage 3 points en Biothane

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕒𝕔𝕥𝕖𝕦𝕣.𝕚𝕔𝕖

– 𝓔𝓺𝓾𝓲𝓫𝓻𝓲𝓭𝓮, la sellerie partenaire et sponsor de nombreux événements, toujours présente dans les grands rendez-vous pour soutenir la discipline et l’animer.

– 𝓗𝓮𝓻𝓿é 𝓖𝓾𝓮𝓼𝓭𝓸𝓷, notre maitre de cérémonie dont la voix anime depuis de nombreuses années les plus grands concours. Il connait tous les noms, cavaliers et chevaux et commente les plus belles arrivées.

– 𝓙𝓮𝓪𝓷-𝓜𝓲𝓬𝓱𝓮𝓵 𝓖𝓻𝓲𝓶𝓪𝓵, maréchal puis sélectionneur de l’équipe de France, Il est également actif au sein de l’Association du cheval arabe (ACA) et de la Commission endurance de la Société hippique française (SHF).

– 𝓙’𝓮𝓷𝓽𝓻𝓪𝓲𝓷𝓮 𝓶𝓸𝓷 𝓒𝓱𝓮𝓿𝓪𝓵, blog dédié à l’équitation d’extérieur et au lien cavalier-cheval qui partage la découverte de l’endurance, entrainant plus de 8000 abonnés sur Facebook vers les épreuves nationales.

– 𝓡𝓸𝓪𝓭𝓫𝓸𝓸𝓴 𝓔𝓷𝓭𝓾𝓻𝓪𝓷𝓬𝓮, blog dédié à la pratique de l’endurance équestre créé en 2018, devient le terrain de lives de compétitions et un média dédié au sport pour promouvoir la discipline à tous les niveaux.

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕆𝕣𝕘𝕒𝕟𝕚𝕤𝕒𝕥𝕚𝕠𝕟

– Castelsagrat Endurance équestre

– Fontainebleau, Grand parquet Endurance

– Monpazier, ADOREED

– Negrepelisse

– Uzès, SHU

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 é𝕝𝕖𝕧𝕒𝕘𝕖

𝓔𝓵𝓮𝓿𝓪𝓰𝓮 𝓭𝓮 𝓑𝓸𝔃𝓸𝓾𝓵𝓼

Son fondateur : Marcel Mezy, 80 ans, chercheur autodidacte tombé un jour amoureux des pur-sang arabes. Dans son Nord Aveyron natal, il a passé une partie de sa vie à mettre au point un procédé de fertilisation (Les Technologies Marcel Mezy) qui est aujourd’hui utilisé par plus de milliers d’agriculteurs en France et à l’étranger. Mais quand il n’est pas à Lioujas, à la Sobac, la maison mère, il est sur le Causse au milieu de ses six cents pur-sang arabes auxquels il voue un amour sans limites. Marcel Mezy ne se lasse pas de voir émerger de la brume ses troupeaux de juments entourées de leurs poulains. Des chevaux en liberté élevés dans un univers bio qui représentent un patrimoine unique. C’est ici, au milieu des genévriers, que se font des mariages et des lignées que peu d’éleveurs réussissent à faire.

En savoir plus : http://www.elevage-bozouls.com/fr/

𝓔𝓵𝓮𝓿𝓪𝓰𝓮 𝓒𝓪𝓫𝓲𝓻𝓪𝓽

Élevage familial de chevaux d’endurance en Dordogne. Fondé par Jean-Noël Lafaure et désormais géré par Julien l’ainée de la fratrie, les chevaux de Cabirat s’illustrent sur les compétitions d’endurance internationales aussi bien en Europe qu’au Moyen-Orient.
Découvrir : https://www.facebook.com/elevagecabirat/

𝓔𝓵𝓮𝓿𝓪𝓰𝓮 𝓘𝓷 𝓑𝓵𝓾𝓮

Avec maintenant plus de 20 ans d’expérience, Virginie & Angel accueillent, élèvent, entrainent et valorisent des chevaux pour la compétition et le loisir. Après avoir créé l’équipe Blue Ride en 2006, ils s’installent en 2018 à Ginasservis, dans le Var sur le domaine d’Aubanel.

Les premiers poulains de l’élevage de Virginie Atger et Angel Lazes sont issus de la lignée Ismael d’Aubanel ( équipe de France aux championnats du monde en 2000 à Compiègne : 13ème place et équie de France aux championnats d’Europe en 2001 à Castiglione del Lago : 5ème place), Vencedor Larzac et Khadar. Du côté des poulinières, Ardilla par Francky de carrere, Alesia Bigorre Par Persicko, Salinka et Saliah de Jalima.

En savoir plus : https://www.ecurieblueride.com/

𝓔𝓵𝓮𝓿𝓪𝓰𝓮 𝓭’𝓐𝓻𝓽𝓪𝓰𝓷𝓪𝓷

Situé à Artagnan, 20 km au nord de Tarbes, l’élevage de pur-sang arabes et d’anglo-arabes destinés aux courses d’endurance et de plat de Jean-Michel Grimal propose déjà deux étalons performeurs sur la scène internationale : Gigolo de Venelles ( Elite 5ans Uzès 2021) et Calcium Artagnan ( Elite à Uzès finale des 5 et 6ans). Calcium se classe deux fois sur CEI*** 160 kilomètres dont une 9ème place à Fontainebleau en octobre 2021. Ses produits s’illustrent déjà sur les conocurs d’élevage et la fianle jeunes chevaux de Uzès.

En savoir plus : https://www.facebook.com/JMGrimal

𝓔𝓵𝓮𝓿𝓪𝓰𝓮 𝓭𝓾 𝓛𝓪𝓾𝓻𝓪𝓰𝓪𝓲𝓼

Créé en 1995, l’élevage du Lauragais est avant tout une histoire de Famille. Ils s’appellent Guillaume Vandekerckhove, Valérie Vielmas , Paul et Léa et partagent une même passion commune : le cheval.

Au commencement, Guillaume est cavalier amateur de randonnée puis d’endurance. Il se lance dans l’élevage et la reproduction de chevaux d’endurance et au fil des années, il va transmettre sa passion à sa femme Valérie puis à ses enfants Paul et Léa. Ensemble, ils décident de réhabiliter une ancienne ferme du lieu-dit « Le Trastet », sur la commune de Saint Papoul, pour en faire un domaine consacré à l’élevage et à la pratique de l’endurance.

L’ecurie se consacre à l’achat et la formation de jeunes chevaux, ainsi ils débutent avec des chevaux comme Mediatik Larzac, Champion du Monde des 8 ans en 2008  Nefertiti Larzac, Vice-Championne du Monde des 8 ans en 2009, Santa du Sauveterre équipe Italie Championnat d’Europe et JEM Sartilly,  Targuia Larzac double gagnante Fontainebleau 2015 et 2016 entre autre.

en savoir plus : https://www.elevage-lauragais.com/

ℂ𝕒𝕥é𝕘𝕠𝕣𝕚𝕖 𝕡𝕙𝕠𝕥𝕠𝕘𝕣𝕒𝕡𝕙𝕚𝕖

  • Automne – Jeremy Corrette
  • Silhouettes – Youna le Goulm
  • Endurance – Erick Trescazes
  • Aube – Laury Flandrois
  • Endurance – Mickael Cinq
  • Mont Aigoual – Marjolaine Pautre

VOTES

https://forms.gle/KN1594WfamA2R6Te6

Justine Tardy : Championne de France amateur 1 Grand Prix

Justine Tardy : Championne de France amateur 1 Grand Prix

Cette année, l’épreuve de 100 km de Monpazier, support du Championnat de France amateur 1 Grand Prix, d’une CEI* et de la CEN* a donné son lot de suspens et de retournements ! Dans le groupe de tête qui s’est détaché dès le début, des cavaliers étrangers et français sur les trois épreuves se sont donnés le relais. Les cavaliers Élite FEI (10 classements sur CEI***) et les étrangers étant exclus du master de France, il a fallu à Justine Tardy bien de la concentration et de la gestion pour connaitre ses adversaires et glaner la médaille d’or. C’est à l’issue d’un sprint à trois qu’Emma Sole Macia associée à Karim 75 a remporté la victoire sur la CEI* pour l’Espagne, tandis que Justine et Ainhoa Haniss prenaient la première place de l’épreuve CEN* et la médaille d’or du master. La troisième amazone, Romane Fallery avec Bagatel du Fonpeyrol prend la 2ᵉ place de la CEI* et la médaille d’argent du master.

Roadbook endurance est allée (virtuellement) à la rencontre de Justine, l’inattendue, pour connaitre son parcours.

RBE : Justine, parle nous de ta rencontre avec Haniss (Nini pour les intimes).

Justine : C’est à l’issue d’un accord entre Jean-Marc Valério et Pascaline Lepoutre du haras de la Cure qu’est née Haniss (par Haniknoa, ar et Soliuskoa, ar). Pour moi, c’est une histoire particulière. C’est la première jument que j’ai vu naître, je n’avais jamais pu assister à une naissance en direct. En rigolant, j’ai demandé à Pascaline d’être sa marraine. J’ai eu le coup de cœur et à ses six mois, je l’ai réservée. J’ai pu l’acheter à ses trois ans, mon premier cheval. J’ai fait le débourrage, le travail, toute seule avec l’objectif de l’emmener en endurance, mais surtout de la voir évoluer en loisir à mes côtés. On a appris ensemble sur le circuit SHF jusqu’à la finale des chevaux de 6 ans à Uzès, sur 80 km.

RBE : L’endurance n’est donc pas ton métier, c’est ton loisir et on peut voir sur les résultats FFE que tu tournes également en amateur en saut, comment organises-tu ce quotidien ?

Justine : Je suis assistante vétérinaire à plein temps et grâce à mes patrons, qui sont adorables, j’ai un emploi du temps particulier. Je travaille le matin et en fin de journée. Cela me laisse tous les après-midi pour monter à cheval et entrainer. Dans l’écurie où est Haniss, je gère son quotidien de A à Z ne louant que la place en box et en paddock. Je m’occupe de la nourrir, des soins et de l’entretien de son espace. c’est d’ailleurs la seule jument d’endurance. J’ai une copine qui me coach en saut d’obstacle et m’aide à m’entrainer avec mon second cheval Hocus Pocus by Wisbecq, né en Belgique chez Gaëtan Decroix. Pour l’endurance, je gère toute seule et je peux profiter d’une piste de galop aux écuries ainsi que des chemins. En revanche, pour préparer Monpazier, j’ai eu de l’aide et je remercie Philippine, une jeune cavalière de l’écurie qui a sorti Haniss quand je ne pouvais pas et mon ostéopathe Emeline Lacour qui m’a aidé à organiser le planning d’entrainement.

RBE : Comment as-tu construit tes objectifs de course depuis l’entrée sur le circuit amateur ?

Justine : En 2018 je voulais qualifier sur CEI*. C’était un challenge et ça restait accessible pour moi en terme d’entrainement, mais aussi de budget. Et puis, c’est classe quand même de qualifier sur « une étoile internationale ». À Lignières, nous validons la première 80 km (amateur 1) et sur ma 2ᵉ 80 km (amateur 1 GP), je coure à Ollières et fini 3ᵉ. Au dernier contrôle vétérinaire, je ressens des douleurs à la jambe, on rigole des bleus que j’ai et qui semblent sortis de nulle part. Cependant, 8h plus tard j’étais aux urgences pour un syndrome des loges, j’ai failli ma perdre ma jambe. J’ai pu remonter à cheval trois mois plus tard et suis sortie en SO et j’ai attendu novembre pour tenter cette fameuse CEI* qui était l’objectif de l’année. C’était à Ponchateau, on termine 10ème !

L’année d’après, on ressort à Costaros sur une amateur 1GP où on termine 2ᵉ en prévision de Monpazier pour le championnat de France. Sur ce fameux master, on sort pour boiterie sur l’avant-dernière boucle de la 80, désillusion, mais c’est le jeu, le sport. 

2020 arrive avec la covid et la limitation des concours. J’ai voulu qualifier sur 100 km, en quatre boucles (changement de règlement) dans la région, éviter les frais et maintenir Haniss en forme sur cette année presque vide, nous donner un objectif, qui était supérieur à ceux franchis jusqu’alors. Pareil on se fait éliminer avant la dernière boucle, là il faisait froid et il pleuvait, les conditions n’étaient vraiment pas top.

Arrive 2021 et nous étions sur des éliminations, j’avais de grosses hésitations sur la saison à faire. Retenter la qualification sur 100, en amateur ou en CEI. Je cherchais des courses, mais le budget était trop serré pour aller loin ou faire une CEI*. C’est alors que mon père m’a demandé si les championnats de France amateur avaient lieu cette année. Lorsque nous avons eu la certitude que Monpazier serait organisé, il m’a dit « je t’offre toute ta participation aux championnats ». J’étais tellement excitée, j’avais trouvé mon objectif. On a préparé la jument sur deux mois, fait le planning pour être prêts au maximum. Je savais que cette épreuve se courrait vite, j’étais partie pour faire une place. Quatre jours avant de partir, Haniss déferre, se plante le pinçon dans la sole, j’étais en larmes au téléphone avec mon maréchal, on a failli rester aux écuries et voir tous nos efforts annulés. Mais Haniss s’est vite remise. Quand je repense à cette course, c’était de la folie !

RBE : Comment est Haniss en course ?

Justine : Difficile à gérer, elle chauffe rapidement en présence des autres chevaux et n’est absolument pas aimable. Elle peut taper. En revanche elle a un super mental ! Donc je devais partir seule et devant pour éviter toute nervosité (ou problème). Nous l’avons préparé pour ça. Partant devant, il fallait assurer de tenir ce rythme jusqu’au bout. J’avais tout fait pour pouvoir disputer ce championnat, il fallait que cette stratégie fonctionne.

J’ai eu aussi de la chance, car le groupe de tête était bien. Nous avions un groupe de chevaux homogène, une gestion de course facile entre nous tous, une bonne communication. On ralentissait tous ensemble dans les mauvais terrains, il n’y avait pas de sortie ou d’erreur de train. Du coup ça nous a beaucoup aidé. Au début, je suis resté en fin ou milieu de groupe pour ne pas énerver la jument, elle a fini par se caler avec les chevaux et c’était un régal.

RBE : Au départ de la dernière étape, comment t’es-tu sentie ?


Justine : J’étais trois minutes derrière les premiers de la CEI, j’ai rattrapé des concurrents petit à petit des différentes épreuves. Haniss ne s’énervait pas quand on avait en vue des dossards bleus ou blancs. J’ai doublé Mathieu Lebourlot de l’épreuve 2x70km assez tranquillement. C’est lorsque nous sommes remontés sur le groupe de tête, celui avec lequel j’avais fait route depuis le début, qu’elle est devenue guerrière. N’étant plus que trois dossards jaunes, nous avons pris des relais, j’ai pu passer plus devant qu’aux étapes précédentes, Haniss était royale. Je me trouvais avec la cavalière espagnole et Romane (qui était ma principale adversaire à venir ^^).
À la base, je ne voulais pas sprinter. Je n’étais pas sur la CEI et je m’assurai déjà un podium sur le championnat. Du coup, j’ai demandé aux filles ce qu’elles voulaient faire dans le dernier kilomètre avant l’hippodrome. Elles voulaient sprinter alors je leur ai dit qu’à l’entrée elles passeraient devant. La concurrente espagnole a lancé le sprint très tôt et Haniss m’a pris la main avant que je n’aie pu décider pour nous. Alors finalement on y est allées ! 

RBE : Quel est le programme maintenant ?
Justine : Haniss part en vacances deux mois, on a terminé la saison. 2022, on verra ce que l’avenir et le temps nous réservent. N’ayant pas d’objectif de valorisation ou de vente, je souhaite rester sur le circuit amateur. Le format 2×70 km me tente bien, la jument est souvent fraiche les lendemains de course, ça pourrait lui convenir pour une première Amateur Élite.


RBE : Un mot pour terminer ? Une anecdote ?

Justine : Je me rappelle Claude Place, que j’admire vraiment, lors de ma CEI* à Ponchâteau. À l’abord de l’hippodrome, je lui propose le sprint ou finir ensemble et il m’a répondu « va devant, tu le mérites, un jour ta jument fera de toi une championne de France ». Je ne sais pas s’il est devin, s’il a un don pour déceler le potentiel des chevaux ou s’il m’a simplement donné le meilleur encouragement du monde, mais merci Claude pour ces paroles.

L’équipe d’assistance de Justine Tardy, le lendemain de l’épreuve à Monpazier

Les résultats du master : Ici